Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Par max
    Posté le 31 Mai 2021
    Le Musée de l'Ephèbe vient de publier le programme des animations accompagnant la présentation de l'exposition "Tromelin, les esclaves oubliés".: EXPOSITION « TROMELIN, L’ÎLE AUX ESCLAVES OUBLIÉS » JUIN – SEPTEMBRE 2021 ÉVÉNEMENTS...
  • Une nouvelle version de l'étude de l'artillerie de la Lomellina est publiée sur HAL. Elle présente l'étude d'une pièce d'artillerie dont le traitement de conservation au laboratoire ARC'Antique de Nantes vient de se terminer et de plusieurs...
  • Publication : VECCELLA Robert, 2021, Expertise archéologique au lieu dit « le Rabot » et prospections terrestres dans les vallées adjacentes, dans Dossier d’archéologie Polynésienne n°6 – Bilan de la recherche archéologique en...
  • L'exposition "les esclaves oubliés de Tromelin", a été présentée à l'Université de Perpignan (UPVD) du 28 novembre 2020 au 3 mai 2021. A l'initiative de la Fondation UPVD, une vidéo de présentation a été réalisée. Lien : ...
  • Le journal du soir (19/20) du 3 mars 2021 de France 3 Languedoc Roussillon évoque les recherches du GRAN en baie d'Aigues Mortes (Programme Grau de Melgueil). Suivre le lien suivant, le sujet se trouve à la minute 14 France 3 M.G.
  • Par max
    Posté le 11 Fév 2021
    La Société archéologique littéraire et scientifique de Béziers, présente sur son site Internet une conférence filmée de Max Guérout concernant l'histoire de l'aviso Sphinx connu pour avoir remorqué d'Alexandrie au Havre l'allège...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


24 septembre 2013
Vue générale du sitePièce trouvée : le droitPièce trouvée : le revers


Nous avons décidé ce matin d’étendre le sondage effectué par Thomas, derrière le bâtiment où étaient gonflés les ballons sondes.

Sur le bord Est du sondage était apparue une lentille de cendre extrêmement riche en ossements d’oiseaux carbonisés. La question était de situer dans le temps ce dépôt et éventuellement de localiser la forge qui se trouvait dans le même secteur.

En fin de matinée, bonne surprise, au milieu des cendres apparaît une pièce de monnaie qui paraît bien conservée, hormis le fait qu’elle est percée de deux trous, car elle fût sans doute utilisée comme pendentif.

La date est oblitérée par l’un des trous et seuls les deux derniers chiffres sont visibles : 72, s’il s’agit de 1772, cela pose problème. Nous croisons les doigts pour que cela soit 1672.

Si quelques mots en latin sont lisibles, notamment REX (pour roi), la solution n’apparaît ni au premier ni au second coup d’œil. N’ayant pas accès à Internet, nous décidons de lancer nos amis sur la piste.

Le journal étant aussi un moyen d’essayer d’avancer, nous soumettons l’énigme à nos lecteurs (Note : la réponse a été envoyée alors que journal était transmis, elle sera en ligne demain à l'occasion du journal du 25 septembre, il n'est donc pas nécessaire de "noyer" la boite mail des résultats de vos investigations, mais rien ne vous empêche de vous lancer également dans cette enquête et de comparer vos résultats à ce qui sera visible dans le journal - Sébastien).

La présence des trous et certaines parties encore illisibles ne nous permettent pas de l'identifier.

Le droit porte une couronne (sans doute royale) et soit le chiffre romain

IV soit J.V peut- être l'initiale J et le chiffre V.
Nous lisons à gauche du trou inférieur ALC.REX ou ALG.REX ou ALO.REX
A droite du trou supérieur G.?ORTE peut-être G.PORTE Le trou masque une lettre.
Au revers le chiffre romain X
A droite du trou supérieur 72.VI ou 72.VT
A gauche du trou inférieur VBLICÆ (la fin de PUBLICÆ ?)
Le diamètre de la pièce est de 37 mm

Nous avons reçu hier via Sébastien Eon, qui met en ligne le journal, un nouvel envoi de la classe de CM2 de Semoy, une série de questions et seize dessins que nous allons soumettre à l’équipe pour en choisir un qui aura les honneurs du journal comme en ont décidé les enfants.

Nous essayerons de répondre aux questions d’ici demain et de choisir le dessin qui sera affiché.

Depuis hier, le site a été bichonné de manière à pouvoir prendre une photo d’ensemble depuis le toit du bâtiment de gonflage.

A cette occasion, Jean-François a encore joué les acrobates.

Max Guérout