Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Par max
    Posté le 31 Mai 2021
    Le Musée de l'Ephèbe vient de publier le programme des animations accompagnant la présentation de l'exposition "Tromelin, les esclaves oubliés".: EXPOSITION « TROMELIN, L’ÎLE AUX ESCLAVES OUBLIÉS » JUIN – SEPTEMBRE 2021 ÉVÉNEMENTS...
  • Une nouvelle version de l'étude de l'artillerie de la Lomellina est publiée sur HAL. Elle présente l'étude d'une pièce d'artillerie dont le traitement de conservation au laboratoire ARC'Antique de Nantes vient de se terminer et de plusieurs...
  • Publication : VECCELLA Robert, 2021, Expertise archéologique au lieu dit « le Rabot » et prospections terrestres dans les vallées adjacentes, dans Dossier d’archéologie Polynésienne n°6 – Bilan de la recherche archéologique en...
  • L'exposition "les esclaves oubliés de Tromelin", a été présentée à l'Université de Perpignan (UPVD) du 28 novembre 2020 au 3 mai 2021. A l'initiative de la Fondation UPVD, une vidéo de présentation a été réalisée. Lien : ...
  • Le journal du soir (19/20) du 3 mars 2021 de France 3 Languedoc Roussillon évoque les recherches du GRAN en baie d'Aigues Mortes (Programme Grau de Melgueil). Suivre le lien suivant, le sujet se trouve à la minute 14 France 3 M.G.
  • Par max
    Posté le 11 Fév 2021
    La Société archéologique littéraire et scientifique de Béziers, présente sur son site Internet une conférence filmée de Max Guérout concernant l'histoire de l'aviso Sphinx connu pour avoir remorqué d'Alexandrie au Havre l'allège...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


29 août 2013
Que font les cafards dans le noir ?Fou attendant une météo plus favorableL'abattage du cocotier

Hier soir, après le dîner, Thomas nous a chanté, en s’accompagnant à la guitare, ses dernières compositions. L’une d’entre elles, intitulée : « Que font les cafards dans le noir » a reçu un accueil triomphal. Bako nous a chanté un air de Madagascar et Luc Gigord quelques chansons  réunionnaises. 

Après l’extinction des feux, la soirée s’est terminée sous les tentes jusqu’à une heure avancée.

Nuit très pluvieuse et vent en rafales, le jour se lève sous les averses d’une grande ligne de grain qui barre tout l’horizon. Le temps est si mauvais que les fous ne sont pas partis à la pêche dès 7 h 30, comme ils en ont l’habitude.

La pluie a fini par cesser de tomber et une partie de l’équipe s’affaire autour du cocotier qui se trouve à l’ouest du site archéologique. Nous avons reçu l’autorisation de l’abattre car il recouvre une zone que nous n’avons pas pu fouiller. Mais abattre un cocotier n’est pas chose facile, fort heureusement la pelle mécanique parvient à sectionner les racines sur presque tout le pourtour, ensuite il faut quand même pousser un peu fort pour qu’il finisse par tomber.

A peine à terre, les botanistes, machette à la main, parviennent à extraire le chou du cocotier, qui part aussitôt vers les cuisines.

Le site principal est enfin prêt pour la fouille minutieuse des couches archéologiques. Chaque couche dégagée est tamisée et les restes de faune consommée soigneusement conservés.

Vers 18 h 00, les fous, qui ont fini par prendre le large, rentrent le jabot gonflé de calamars et de petits poissons pêchés au large, ils tournent un moment avant de retrouver leurs petits.

Max Guérout