Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • L’exposition « Tromelin, l’île des esclaves oubliés » (18 panneaux), coproduite par le Château des ducs de Bretagne – Musée d’Histoire de Nantes, l’Inrap et le GRAN, sera visible à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) dans le cadre...
  • Par max
    Posté le 21 Sep 2022
    Le plan d'ensemble de l'Alabama qui figure dans le livre publié par CNRS Editions, intitulé :"Le CSS Alabama, l'épopée engloutie du croiseur confédéré" est difficile à lire. Le plan ci-joint permet d'en lire les détails, il suffit de double...
  • Programme du colloque Méditerranée, une histoire sous les eaux Contribution de l’archéologie sous-marine à l’histoire de la Méditerranée Le thème général du colloque sera développé autour d’une dizaine d’épaves...
  • Par max
    Posté le 24 Aoû 2022
    Le journal le Monde du 23 août 2022 vient de publier un article de Marie-Béatrice Baudet consacré au combat du CSS Alabama et de l'USS Kearsarge au large de Cherbourg le 19 juin 1864. Elle évoque également la prochaine parution (le 30...
  • Par max
    Posté le 12 Juil 2022
    Une exposition consacrée à la fouille archéologique de l'épave du Magenta a été inaugurée le 1er juillet au Fort de Balaguier à La Seyne-sur-mer. Le site Internet de la vile de La Seyne-sur-mer rend compte de l'évènement :Exposition...
  • Nous venons de recevoir le Dossier d'Archéologie Polynésienne n°6 concernant les recherches archéologiques menées en Polynésie française entre 2005 er 2015. Il contient à la page 215, la publication du travail effectué par Robert...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


30 septembre 2013
Le site avant les fouillesRebouchage du siteLa pièce fermée par son mur


Il a bien fallu s’y résoudre !

D’un seul coup, nous allons donc effacer l’image du travail accompli depuis six semaines, mais aussi celle de nos efforts, de nos interrogations, de nos satisfactions.

Dès le matin, la pelle mécanique et le tracteur ont commencé à remuer les tonnes de sable accumulées. En  un clin d’œil, les murs que nous avions dégagés, nettoyés, brossés à la balayette ou au pinceau pour les photos, disparaissent et le paysage ressemble bien vite à une dune anonyme.

Pendant que les engins s’agitent sur le site principal, Joë regarde encore une fois le petit bâtiment dégagé vendredi. Il gratte un peu, pas beaucoup, car Thomas ne souhaite pas que nous nous aventurions sous le bâtiment de gonflage. Une paroi bien propre de sable ferme le fond du bâtiment.

Tout à coup, presque sans qu’il s’en aperçoive le sable tombe et découvre un mur solidement constitué.

Stupéfaction, le bâtiment n’a donc pas d’entrée ! Tel qu’il se présente maintenant, il nous laisse vraiment perplexe : sa surface de 1,3 m par 1 m est entièrement entourée de murs robustes bien qu’un peu plus étroits qu’à l’accoutumée.

A quoi a donc servi cette pièce, a-t-elle été ouverte avant d’être fermée, pourquoi un travail de construction aussi difficile a-t-il été entrepris pour un espace utile aussi minuscule ?

Chacun, on le devine, commence à ruminer dans son coin pour trouver une réponse à cette énigme.

Hier soir, nous avons observé le phénomène dont la télévision réunionnaise a parlé ce midi. Dans le ciel nocturne de l’île est apparu un très grand halo lumineux doublé d’une grande couronne également lumineuse. Le premier à observer ce halo, Joë vient me chercher et nous regardons évoluer le phénomène, d’abord presque fixe, il défile doucement de l’ouest vers l’est. Nous distinguons bientôt au centre de la lueur un satellite qui trace sa route.  Nous nous retrouvons bientôt presque tous avec le nez en l’air. Peut-être s’agit-t-il d’un satellite d’observation qui balaye la terre avec un faisceau radar ou infrarouge qui interagit avec les nuages ou la haute atmosphère ?

Arrivées aussi de Nîmes, quelques informations concernent la dernière pièce de monnaie mise au jour. Sébastien Berthaut-Clarac a déniché une photo sur Internet qui confirme la partie du texte que nous avions déchiffrée et la complète.

Autour des armes d’Espagne, surmontées d’une couronne royale, on peut lire sur le droit : PHILIP.V.D.G.HISPAN.ET.IND.REX soit ; « Philippe V par la grâce de Dieu, Roi d’Espagne et des Indes ». La pièce est donc bien espagnole et a été frappée entre 1700 et 1746, dates du règne de Philippe V. Le chiffre 4, à droite des armoiries, indique la valeur, quatre pesos peut-être?

Au revers, nous ne lisons pas la date, le lieu du monnayage, quant à lui, est indiqué par une lettre figurant avant et après la date, mais ce n’est vraiment pas très lisible, avec beaucoup de réserve je lis un T, pour Tolède ? 

Max Guérout