Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Merci pour l'infos, c'est très intéressant :)
  • Communiqué de presse GRAN Des navires du XIIème siècle devant la Grande Motte (Hérault) ? Le Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN), vient de terminer au large de la Grande Motte sa troisième campagne de recherche...
  • Par max
    Posté le 15 Sep 2018
    Le compte-rendu de l'intervention effectuée par le GRAN avec le concours du chasseur de mines Verseau de la Marine nationale, sur l'épave du paquebot Polynésien torpillé par le 10 août 1918 par le sous-marin UC 22 devant le port de Marsaxlok...
  • La première édition de l'album étant épuisée, une seconde édition de l'album : "Esclaves et négriers" vient d'être éditée par les Éditions Fleurus dans la collection : Voir l'histoire. Cette nouvelle édition comporte à la page 59...
  • Par max
    Posté le 31 Juil 2018
    Elsa Saïsset, une jeune graveuse qui vit à Nantes vient de réaliser six eaux-fortes inspirées par l'histoire et les recherches effectuées dans le cadre du programme "Esclaves oubliés". L'une d'elles figure en page d’accueil de notre...
  • Par max
    Posté le 28 Mai 2018
    Le dimanche 27 mai 2018, un entretien de Max Guérout avec Vincent Charpentier a été diffusé sur France Culture dans le cadre de l'émission Carbone 14. Sous le titre plein d'humour de :"Phénicie aussi"; Max y évoque l'histoire du naufrage de...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


26 septembre 2013
Joë en position acrobatique pour accéder au sédimentJean-Francois dégage le sédiment de la couche archéologiqueL'état du mur au début de la journéeA midi le sondage fait voir un début de murEn fin de journée, l'image verticale montre les murs dégagés


Une fois encore la tradition est respectée... Alors que nous sommes à la veille de la fin du chantier, la dernière semaine étant consacrée au rebouchage du site, voici qu’un nouveau bâtiment vient d’être découvert.

Voici trois jours que nous travaillons sur le tumulus de cendres situé à l’Est de l’ex-bâtiment de gonflage des ballons sondes. Derrière nous, le long du mur du bâtiment, se trouvait un monticule de pierre partiellement dégagé par la pelle mécanique.

Joë tournait depuis deux jours autour de ces blocs amoncelés cherchant à y trouver une cohérence. Après avoir dégagé ce qui paraissait être l’extérieur d’un mur, ce matin, aidé par Jean-François, il a cherché dans la masse de ces blocs un fil conducteur.

Après une journée d’efforts, la surprise était au rendez-vous : ils localisaient un mur intérieur. Un espace étroit d’un peu plus d’un mètre de large, délimité par des murs de 60 à 80 centimètres d’épaisseur, est dégagé en fin de soirée.

Si les murs sont relativement étroits, ils sont bâtis avec de très gros blocs de corail et de beachrock.
C’est le fond d’un bâtiment dont le reste se trouve sous le bâtiment de gonflage.
Si la dalle de béton qui supporte le bâtiment a détruit le haut des murs, elle n’a pas touché à la couche archéologique et on peut dire qu’elle lui assure une protection maximale.

Reste à essayer de comprendre comment ce nouveau bâtiment est relié à l’ensemble déjà mis au jour.

La solution n’est pas simple puisque l’espace qui sépare ces deux endroits est occupé à la fois par le bâtiment de gonflage et par une citerne, ex-cuisine enterrée, construite en 1956.

 J’avais pourtant aujourd’hui un sujet tout trouvé, ne sommes nous pas le jour anniversaire du départ des français de l’Utile à bord de la prame Providence construite par Barthelemy Castellan du Vernay, le premier lieutenant ?

Il y a en effet 252 ans, les marins français quittaient l’île de Tromelin, laissant sur la plage quatre-vingts esclaves malgaches médusés. Mais l’actualité commande et la nouvelle est donc passée au second plan. Nous ne pouvons cependant pas manquer de penser aux sentiments qui agitèrent alors ces malheureux. Pour certains, l’espoir que la promesse qui leur avait été faite de venir les rechercher serait tenue, pour les pessimistes qui avaient déjà mesuré la difficulté qu’il y aurait à survivre sur cet îlot inhospitalier, le désespoir. Peut-être aussi la résignation pour d’autres, cependant décidés sans attendre à prendre les choses en main.

Max Guérout