Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • L’exposition « Tromelin, l’île des esclaves oubliés » (18 panneaux), coproduite par le Château des ducs de Bretagne – Musée d’Histoire de Nantes, l’Inrap et le GRAN, sera visible à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) dans le cadre...
  • Par max
    Posté le 21 Sep 2022
    Le plan d'ensemble de l'Alabama qui figure dans le livre publié par CNRS Editions, intitulé :"Le CSS Alabama, l'épopée engloutie du croiseur confédéré" est difficile à lire. Le plan ci-joint permet d'en lire les détails, il suffit de double...
  • Programme du colloque Méditerranée, une histoire sous les eaux Contribution de l’archéologie sous-marine à l’histoire de la Méditerranée Le thème général du colloque sera développé autour d’une dizaine d’épaves...
  • Par max
    Posté le 24 Aoû 2022
    Le journal le Monde du 23 août 2022 vient de publier un article de Marie-Béatrice Baudet consacré au combat du CSS Alabama et de l'USS Kearsarge au large de Cherbourg le 19 juin 1864. Elle évoque également la prochaine parution (le 30...
  • Par max
    Posté le 12 Juil 2022
    Une exposition consacrée à la fouille archéologique de l'épave du Magenta a été inaugurée le 1er juillet au Fort de Balaguier à La Seyne-sur-mer. Le site Internet de la vile de La Seyne-sur-mer rend compte de l'évènement :Exposition...
  • Nous venons de recevoir le Dossier d'Archéologie Polynésienne n°6 concernant les recherches archéologiques menées en Polynésie française entre 2005 er 2015. Il contient à la page 215, la publication du travail effectué par Robert...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


25 septembre 2013
Un des canons de l'Utile devant la station météoLa pierre taillée trouvée au tamisage


Le journal d’hier était à peine envoyé à Sébastien Eon, que la première réponse concernant la pièce de monnaie nous parvenait de la Réunion. C’est Edouard Jacquot, archéologue de la DAC/OI, qui a été le premier à réagir.  Ce matin, Sébastien Berthaut Clarac a apporté depuis Nîmes, où il habite, quelques précisions.

La pièce en question est une pièce portugaise de 10 reis datée de 1720 ou 1721.

Au droit, on peut lire au centre J V pour Joao V, roi du Portugal de1706 à 1750, surmonté d’une couronne royale. Sur le pourtour on lit D.G.PORT.ET.ALG.REX abréviation de DEO GRATIA PORTUGAL.ET.ALGARVE.REX ou Par la grâce de Dieu, Roi du Portugal et de l’Algarve.

Au revers, au centre X pour dix Reis. Sur le pourtour 172?.VTILITATI .PVBLICÆ  pour Utilité publique.

Il semble que les pièces figurant sur Internet soient souvent percées d’un trou.

Pour ce qui concerne la notre, les deux trous indiquent plus un bracelet qu’un pendentif. Reste maintenant à savoir ou à imaginer par quel chemin et quel hasard cette pièce est parvenue à cet endroit.

Nous avons la liste complète des membres de l’équipage de l’Utile dont plusieurs espagnols : Joseph Goldoner de Bilbao, Carlos Guadaloria et Pedro de Marquina de Lequeito, ce dernier sera d’ailleurs noyé au cours du naufrage.

Ce sont peut-être aussi les marins du corsaire malouin, l’Audacieux qui se trouvait retenu à Lisbonne, et qui furent recruté pour compléter l’équipage de l’Utile, qui ont eu l’occasion, pendant leur séjour au Portugal, de se procurer cette pièce comme souvenir ?

Aujourd’hui encore, il a fallu poursuivre l’inventaire du mobilier archéologique car le rendement des fouilles est bien supérieur à celui des campagnes précédentes. Le nombre de numéros d’inventaire utilisé cette année est presque égal à celui des trois autres missions réunies.

La fouille s’est poursuivie dans l’amoncellemnt de cendres dans lequel a été trouvée hier la pièce portugaise.

Nouvelle surprise : en tamisant le sédiment fouillé par Bako, voici qu’est apparue une pierre taillée. La nouvelle a tout de suite agité notre équipe : que vient donc faire là cette pierre, de quoi s’agit-il exactement ?

Aucun spécialiste ne se trouvant parmi nous, il faudra attendre un peu pour connaître la solution.

Max Guérout