Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Merci pour l'infos, c'est très intéressant :)
  • Communiqué de presse GRAN Des navires du XIIème siècle devant la Grande Motte (Hérault) ? Le Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN), vient de terminer au large de la Grande Motte sa troisième campagne de recherche...
  • Par max
    Posté le 15 Sep 2018
    Le compte-rendu de l'intervention effectuée par le GRAN avec le concours du chasseur de mines Verseau de la Marine nationale, sur l'épave du paquebot Polynésien torpillé par le 10 août 1918 par le sous-marin UC 22 devant le port de Marsaxlok...
  • La première édition de l'album étant épuisée, une seconde édition de l'album : "Esclaves et négriers" vient d'être éditée par les Éditions Fleurus dans la collection : Voir l'histoire. Cette nouvelle édition comporte à la page 59...
  • Par max
    Posté le 31 Juil 2018
    Elsa Saïsset, une jeune graveuse qui vit à Nantes vient de réaliser six eaux-fortes inspirées par l'histoire et les recherches effectuées dans le cadre du programme "Esclaves oubliés". L'une d'elles figure en page d’accueil de notre...
  • Par max
    Posté le 28 Mai 2018
    Le dimanche 27 mai 2018, un entretien de Max Guérout avec Vincent Charpentier a été diffusé sur France Culture dans le cadre de l'émission Carbone 14. Sous le titre plein d'humour de :"Phénicie aussi"; Max y évoque l'histoire du naufrage de...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


25 septembre 2013
Un des canons de l'Utile devant la station météoLa pierre taillée trouvée au tamisage


Le journal d’hier était à peine envoyé à Sébastien Eon, que la première réponse concernant la pièce de monnaie nous parvenait de la Réunion. C’est Edouard Jacquot, archéologue de la DAC/OI, qui a été le premier à réagir.  Ce matin, Sébastien Berthaut Clarac a apporté depuis Nîmes, où il habite, quelques précisions.

La pièce en question est une pièce portugaise de 10 reis datée de 1720 ou 1721.

Au droit, on peut lire au centre J V pour Joao V, roi du Portugal de1706 à 1750, surmonté d’une couronne royale. Sur le pourtour on lit D.G.PORT.ET.ALG.REX abréviation de DEO GRATIA PORTUGAL.ET.ALGARVE.REX ou Par la grâce de Dieu, Roi du Portugal et de l’Algarve.

Au revers, au centre X pour dix Reis. Sur le pourtour 172?.VTILITATI .PVBLICÆ  pour Utilité publique.

Il semble que les pièces figurant sur Internet soient souvent percées d’un trou.

Pour ce qui concerne la notre, les deux trous indiquent plus un bracelet qu’un pendentif. Reste maintenant à savoir ou à imaginer par quel chemin et quel hasard cette pièce est parvenue à cet endroit.

Nous avons la liste complète des membres de l’équipage de l’Utile dont plusieurs espagnols : Joseph Goldoner de Bilbao, Carlos Guadaloria et Pedro de Marquina de Lequeito, ce dernier sera d’ailleurs noyé au cours du naufrage.

Ce sont peut-être aussi les marins du corsaire malouin, l’Audacieux qui se trouvait retenu à Lisbonne, et qui furent recruté pour compléter l’équipage de l’Utile, qui ont eu l’occasion, pendant leur séjour au Portugal, de se procurer cette pièce comme souvenir ?

Aujourd’hui encore, il a fallu poursuivre l’inventaire du mobilier archéologique car le rendement des fouilles est bien supérieur à celui des campagnes précédentes. Le nombre de numéros d’inventaire utilisé cette année est presque égal à celui des trois autres missions réunies.

La fouille s’est poursuivie dans l’amoncellemnt de cendres dans lequel a été trouvée hier la pièce portugaise.

Nouvelle surprise : en tamisant le sédiment fouillé par Bako, voici qu’est apparue une pierre taillée. La nouvelle a tout de suite agité notre équipe : que vient donc faire là cette pierre, de quoi s’agit-il exactement ?

Aucun spécialiste ne se trouvant parmi nous, il faudra attendre un peu pour connaître la solution.

Max Guérout