Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • L’exposition « Tromelin, l’île des esclaves oubliés » (18 panneaux), coproduite par le Château des ducs de Bretagne – Musée d’Histoire de Nantes, l’Inrap et le GRAN, sera visible à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) dans le cadre...
  • Par max
    Posté le 21 Sep 2022
    Le plan d'ensemble de l'Alabama qui figure dans le livre publié par CNRS Editions, intitulé :"Le CSS Alabama, l'épopée engloutie du croiseur confédéré" est difficile à lire. Le plan ci-joint permet d'en lire les détails, il suffit de double...
  • Programme du colloque Méditerranée, une histoire sous les eaux Contribution de l’archéologie sous-marine à l’histoire de la Méditerranée Le thème général du colloque sera développé autour d’une dizaine d’épaves...
  • Par max
    Posté le 24 Aoû 2022
    Le journal le Monde du 23 août 2022 vient de publier un article de Marie-Béatrice Baudet consacré au combat du CSS Alabama et de l'USS Kearsarge au large de Cherbourg le 19 juin 1864. Elle évoque également la prochaine parution (le 30...
  • Par max
    Posté le 12 Juil 2022
    Une exposition consacrée à la fouille archéologique de l'épave du Magenta a été inaugurée le 1er juillet au Fort de Balaguier à La Seyne-sur-mer. Le site Internet de la vile de La Seyne-sur-mer rend compte de l'évènement :Exposition...
  • Nous venons de recevoir le Dossier d'Archéologie Polynésienne n°6 concernant les recherches archéologiques menées en Polynésie française entre 2005 er 2015. Il contient à la page 215, la publication du travail effectué par Robert...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


24 septembre 2013
Vue générale du sitePièce trouvée : le droitPièce trouvée : le revers


Nous avons décidé ce matin d’étendre le sondage effectué par Thomas, derrière le bâtiment où étaient gonflés les ballons sondes.

Sur le bord Est du sondage était apparue une lentille de cendre extrêmement riche en ossements d’oiseaux carbonisés. La question était de situer dans le temps ce dépôt et éventuellement de localiser la forge qui se trouvait dans le même secteur.

En fin de matinée, bonne surprise, au milieu des cendres apparaît une pièce de monnaie qui paraît bien conservée, hormis le fait qu’elle est percée de deux trous, car elle fût sans doute utilisée comme pendentif.

La date est oblitérée par l’un des trous et seuls les deux derniers chiffres sont visibles : 72, s’il s’agit de 1772, cela pose problème. Nous croisons les doigts pour que cela soit 1672.

Si quelques mots en latin sont lisibles, notamment REX (pour roi), la solution n’apparaît ni au premier ni au second coup d’œil. N’ayant pas accès à Internet, nous décidons de lancer nos amis sur la piste.

Le journal étant aussi un moyen d’essayer d’avancer, nous soumettons l’énigme à nos lecteurs (Note : la réponse a été envoyée alors que journal était transmis, elle sera en ligne demain à l'occasion du journal du 25 septembre, il n'est donc pas nécessaire de "noyer" la boite mail des résultats de vos investigations, mais rien ne vous empêche de vous lancer également dans cette enquête et de comparer vos résultats à ce qui sera visible dans le journal - Sébastien).

La présence des trous et certaines parties encore illisibles ne nous permettent pas de l'identifier.

Le droit porte une couronne (sans doute royale) et soit le chiffre romain

IV soit J.V peut- être l'initiale J et le chiffre V.
Nous lisons à gauche du trou inférieur ALC.REX ou ALG.REX ou ALO.REX
A droite du trou supérieur G.?ORTE peut-être G.PORTE Le trou masque une lettre.
Au revers le chiffre romain X
A droite du trou supérieur 72.VI ou 72.VT
A gauche du trou inférieur VBLICÆ (la fin de PUBLICÆ ?)
Le diamètre de la pièce est de 37 mm

Nous avons reçu hier via Sébastien Eon, qui met en ligne le journal, un nouvel envoi de la classe de CM2 de Semoy, une série de questions et seize dessins que nous allons soumettre à l’équipe pour en choisir un qui aura les honneurs du journal comme en ont décidé les enfants.

Nous essayerons de répondre aux questions d’ici demain et de choisir le dessin qui sera affiché.

Depuis hier, le site a été bichonné de manière à pouvoir prendre une photo d’ensemble depuis le toit du bâtiment de gonflage.

A cette occasion, Jean-François a encore joué les acrobates.

Max Guérout