Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Vous trouverez en pièce jointe la réponse que M. B. David, Président du Muséum .national d'histoire naturelle, nous a adressée en réponse à notre lettre du 21 février 2019. Nous sommes très heureux de cette mise au...
  • Par max
    Posté le 05 Mar 2019
    Présentée par Stéphanie Gallet, RCF a diffusé lundi 4 mars l'interview : Max Guérout et l'exposition "Tromelin, l'île des esclaves oubliés" MG
  • Par max
    Posté le 25 Fév 2019
    Béziers, le 21 février 2019 M. Bruno David Président du muséum national d’histoire naturelle 57 Rue Cuvier, 75005 Paris Monsieur le Président, votre...
  • L'Advisory Council of Underwater Archaeology (ACUA) vient de publier un article faisant le bilan des recherches effectuées en baie de Saint-Pierre (Martinique) : Guibert Guérout Serra 2018 : GUIBERT (Jean-Sébastien), GUEROUT (Max), SERRA...
  • Le 15 novembre 2018, Joë est intervenu devant une classe de première du Lycée Alexis de Tocqueville à Cherbourg, pour parler de l'histoire des "esclaves oubliés" et des missions archéologiques effectuées à Tromelin . Parmi une vingtaine de...
  • Le Musée du Louvre présente du 26 septembre 2018 au 1er juillet 2019, une exposition intitulée : L'archéologie en bulles. Cette exposition présente deux des planches de la BD que Sylvain Savoia a consacré à la fouille de Tromelin (Chapitre :...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


5 septembre 2013
Le couvercle en plombLa plaque de cuivre sous l'objectif de Laureen


Le temps c’est remis au beau : vent modéré, cumulus de beau temps, température agréable. Après un « briefing » dans la salle à manger,  chacun regagne son secteur de fouille.

Philippe, aux manettes de la pelle mécanique, et Thomas entreprennent un sondage à environ 25 mètres dans le Nord du site principal.
Première surprise de la journée : dans une couche de déblais, au milieu d’objets contemporains, des broches et des clous de fer, une balle d’espingole en plomb provenant de l’Utile, puis un plateau circulaire en plomb d’une quarantaine de centimètres de diamètre sont dégagés. Ce plateau est très semblable aux couvercles qui fermaient les grandes bassines en plomb trouvées en 2006 dans la cuisine. Deux fragments de briques, que nous connaissons bien, sont également dégagés, ils attestent du mélange d’objets de différentes époques puisque cette brique marquée GARTGRAIG fut fabriquée entre 1876 et 1914 par la firme Gartcraig Brickworks à Glasgow, en Ecosse. Clin d’œil à Thomas, le premier fragment porte seulement deux lettres RT : ses initiales.

Après une sieste réparatrice, un deuxième sondage est entrepris à une dizaine de mètres du précédent, à environ 30 mètre au Nord du site principal.
A côté d’un bidon de deux cent litres en fer, divers fragments de cuivre, une brique semblable à celles qui furent trouvées sur le site du four, sont trouvés dans une couche de déblais et, nouvelle surprise, une plaque de cuivre de 50 x 50 cm est dégagée.

Les bords sont relevés pour former une sorte de plateau, elle porte la marque de nos naufragés malgaches : une plaque de réparation rivée, dans le fond se trouvent des résidus de cuisson de couleur noire. Il s’agit d’un objet particulièrement intéressant.

Cependant ces deux découvertes posent des questions : pourquoi des déblais se trouvent-ils aussi loin du site et des bâtiments modernes, et comment pouvons-nous évaluer leur répartition ? Les objets, trouvés dans les déblais en 2006, provenaient du blockhaus construit en 1956 par des ouvriers ne disposant que de pelles, et se trouvaient à proximité immédiate. La dispersion observée implique l’utilisation de moyens mécaniques et pourrait correspondre à la construction des fondations du bâtiment destiné au gonflage des ballons sonde après 1967, à une date que nous ne connaissons pas.

Un article, consacré à la fouille, va paraître ce vendredi sur le Journal des Sciences mis en ligne par la Cité des sciences. : www.universcience.tv

Max Guérout

PS : J'espère que nos lecteurs pourront voir pour nous le site car nous n'avons pas d'accès à Internet.