Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Vous trouverez en pièce jointe la réponse que M. B. David, Président du Muséum .national d'histoire naturelle, nous a adressée en réponse à notre lettre du 21 février 2019. Nous sommes très heureux de cette mise au...
  • Par max
    Posté le 05 Mar 2019
    Présentée par Stéphanie Gallet, RCF a diffusé lundi 4 mars l'interview : Max Guérout et l'exposition "Tromelin, l'île des esclaves oubliés" MG
  • Par max
    Posté le 25 Fév 2019
    Béziers, le 21 février 2019 M. Bruno David Président du muséum national d’histoire naturelle 57 Rue Cuvier, 75005 Paris Monsieur le Président, votre...
  • L'Advisory Council of Underwater Archaeology (ACUA) vient de publier un article faisant le bilan des recherches effectuées en baie de Saint-Pierre (Martinique) : Guibert Guérout Serra 2018 : GUIBERT (Jean-Sébastien), GUEROUT (Max), SERRA...
  • Le 15 novembre 2018, Joë est intervenu devant une classe de première du Lycée Alexis de Tocqueville à Cherbourg, pour parler de l'histoire des "esclaves oubliés" et des missions archéologiques effectuées à Tromelin . Parmi une vingtaine de...
  • Merci pour l'infos, c'est très intéressant :)

 

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


4 septembre 2013
Bako du haut de son carréTriage des ossements avant leur enregistrement sous inventaireLe racloir trouvé dans le nouveau secteur de fouilleContour surligné du racloir


Ce matin, branle-bas de combat dans la cuisine, l’un des congélateurs est en panne. Jean-Michel court d’un congélateur à l’autre pour mettre à l’abri le maximum de choses, le pain en particulier.

Les plus pessimistes font déjà grise mine, car le complément de vivre apporté par le Transall de dimanche dernier ne comportait aucun légumes frais, va-t-on devoir manger des conserves pendant un mois ?!

Mais pas de panique, la cavalerie arrive ! À peine éveillé, Philippe va devoir se pencher sur le problème. Un rapide examen montre que les congélateurs, comme les tortues, n’aiment guère ingérer le plastique. Les pales du ventilateur, emberlificotées dans un lien de plastique, se sont bloquées et le moteur électrique a grillé. Philippe démonte le tout, déroule quelques spires de l’enroulement du rotor du moteur et réussit, on ne sait comment, à ressouder les fils. L’ensemble, remonté, fonctionne à nouveau.

Le travail de la journée va devoir quant à lui comporter deux activités distinctes.

En deux jours de fouille, nous avons mis au jour autant « d’objets » que dans les dix jours précédents, il va donc falloir entreprendre l’inventaire dès aujourd’hui pour ne pas être submergé en fin de semaine.
Par objet, il faut entendre tout élément provenant des vestiges de l’Utile et les restes de faune consommée les plus importants, prélevés par carrés.
Jean-François et Joë entreprennent ce travail un peu fastidieux, mais primordial, pour qu’en fin de fouille tous les objets soient enregistrés et que la base de données soit utilisable par tous.
Véronique en profite pour faire un classement préalable des restes de faune, par espèces, et nous donne une idée de son travail de classement et d’étude.

Sur le terrain, Max et Bako travaillent dans un nouveau secteur où se trouvent de très nombreux objets en fer. La plupart sont des ferrures ou des clous provenant de l’Utile mais, nous avons la chance de trouver parmi eux le premier objet en fer fabriqué par les naufragés à l’aide d’un fer plat. Il s’agit d’une sorte de racloir de 4 cm de large, dont l’extrémité a été aménagée pour pouvoir être emmanchée. Le fer a été façonné à froid par martelage, utilisant le même principe de fixation du manche que celui de la cuillère trouvée hier. Quelques fragments de cuivre illustrent également les techniques de découpage et de façonnage employées par nos malgaches.

Le ciel couvert et le vent toujours frais facilitent le travail qui est jusqu’à présent, bien plus agréable qu’en novembre 2010.

Max Guérout