Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • L'exposition "les esclaves oubliés de Tromelin", a été présentée à l'Université de Perpignan (UPVD) du 28 novembre 2020 au 3 mai 2021. A l'initiative de la Fondation UPVD, une vidéo de présentation a été réalisée. Lien : ...
  • Le journal du soir (19/20) du 3 mars 2021 de France 3 Languedoc Roussillon évoque les recherches du GRAN en baie d'Aigues Mortes (Programme Grau de Melgueil). Suivre le lien suivant, le sujet se trouve à la minute 14 France 3 M.G.
  • Par max
    Posté le 11 Fév 2021
    La Société archéologique littéraire et scientifique de Béziers, présente sur son site Internet une conférence filmée de Max Guérout concernant l'histoire de l'aviso Sphinx connu pour avoir remorqué d'Alexandrie au Havre l'allège...
  • Par max
    Posté le 03 Sep 2020
    Ci-joint le programme de l'exposition "Tromelin - L'île aux esclaves oubliés" présenté à la Médiathèque Béziers -Méditerranée.
  • A l'occasion de la 15ème journée des mémoires de la traite et de l'esclavage, le Musée de l'homme revient sur l'exposition : "Les esclaves oubliés de...
  • Le Dr. Felipe Castro gère une base de données comportant un répertoire de près de 1000 épaves : THE NAUTICAL ARCHAEOLOGY DIGITAL LIBRARY à l'adresse : https://nadl.tamu.edu/ La fiche concernant l'épave de la Lomellina est consultable à...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


30 août 2013
Bako et Véronique fouillent un carréDes restes d'os de sternes apparaissent au tamisageJoë met au jour des vestiges sous le cocotier abattu la veille


Enfin une matinée sans pluie, même si le ciel est nuageux et que le vent est toujours soutenu.

Avant de partir au travail, nous récupérons sur la liaison Skyfile un message chaleureux de Rezah. Rentré chez lui à Maurice, il semble regretter les courbatures et le mal de rein qui l’ont accompagné pendant huit jours. Il nous adresse un salut amical et demande des nouvelles de toute l’équipe qui l’a accueilli fraternellement. Pendant son séjour nous n’avons pas manqué d’évoquer la coopération scientifique. Mon opinion est qu’elle doit dépasser les différents entre nations, à l’image des sauf-conduits dont bénéficiaient les savants du XVIIIème siècle pendant les multiples guerres entre la France et l’Angleterre. Serions-nous à présent moins clairvoyants ?

Sur le site principal, Bako et Véronique fouillent ensemble, avec minutie, un carré d’environ un mètre carré. Il s’agit là d’étudier aussi finement que possible les rejets d’animaux consommés pour établir une référence. 

Le long du mur, une sorte de disque en plomb d’une vingtaine de centimètres de diamètre est dégagé, il pourrait s’agir d’un couvercle de récipient semblable à ceux qui recouvraient les bassines trouvées en 2006, mais destiné à couvrir un récipient plus petit.
Un peu plus loin, Max fait un travail semblable en faisant des prélèvements moins détaillés, c’est dans ce carré que de nombreux objets en fer ont déjà été dégagés hier par Thomas. Clous et objets en fer ou bien en cuivre émergent tout à tour du sable.

Jean-Michel a accommodé en salade le cœur (le chou) du cocotier sacrifié hier, au cours du déjeuner tout le monde apprécie. 

L’emplacement du dit cocotier a été dégagé à l’aide de la pelle mécanique, cet espace se trouve entre le mur Est de la cuisine et le mur Ouest du bâtiment voisin. Dès la fameuse couche de sable blanc dégagée, apparaissent un grand nombre d’os de tortue, du charbon de bois et une plaque de cuivre percée de trous et les habituels clous de charpente.
Le cocotier sacrifié a bien été le protecteur de tous ces vestiges, même si ses multiples racines rendent le travail des fouilleurs plus compliqué.

Max Guérout