Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Le n° 287 (juillet 2017) du Chasse-Marée, a publié un article consacré au naufrage de l'Utile sur l'île de Tromelin et à ses conséquences. Intitulé :"Tromelin, le naufrage d'une conscience" , l'article rédigé par Nathalie Couilloud est...
  • L'inauguration de l'exposition "Tromelin, l'île des esclaves oubliés" a eu lieu comme prévu le 15 juin 2017 au Musée Basque de Bayonne. A cette occasion, Jacques Battesti, attaché de conservation et chargé de l'installation de l'exposition a...
  • L'exposition, "Tromelin, l'île des esclaves oubliés" fait escale à Bayonne du 15 juin au 5 novembre 2017. A cette occasion l'accent a été mis sur la construction et l'armement de l'Utile à Bayonne. Le bulletin des Amis du Musée Basque publie...
  • Par sebastien
    Posté le 01 Jui 2017
    Le site du GRAN est à présent dans une phase de refonte tant sur le plan de la navigation que sur les thématiques proposées (nouvelles et remaniées). Dans un premier temps, certaines sections du site seront déplacées et peuvent...
  • Par max
    Posté le 17 Mai 2017
    Nous avons été contacté par Madame Catherine Tardivel-Lacombe qui est la fille de Marc jouanny, l'un des techniciens qui a participé à l'installation de la station météo de Tromelin en 1954 et en fut le premier responsable. Madame Tardivel...
  • Par max
    Posté le 17 Mai 2017
    A l'occasion de l'installation au Musée Basque de Bayonne de l'exposition "Tromelin, l'île des esclaves oubliés", le Bulletin du musée Basque (BMB) publie dans son n°188 qui va paraître le 15 juin à l'occasion de l'inauguration, un article de...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


29 août 2013
Que font les cafards dans le noir ?Fou attendant une météo plus favorableL'abattage du cocotier

Hier soir, après le dîner, Thomas nous a chanté, en s’accompagnant à la guitare, ses dernières compositions. L’une d’entre elles, intitulée : « Que font les cafards dans le noir » a reçu un accueil triomphal. Bako nous a chanté un air de Madagascar et Luc Gigord quelques chansons  réunionnaises. 

Après l’extinction des feux, la soirée s’est terminée sous les tentes jusqu’à une heure avancée.

Nuit très pluvieuse et vent en rafales, le jour se lève sous les averses d’une grande ligne de grain qui barre tout l’horizon. Le temps est si mauvais que les fous ne sont pas partis à la pêche dès 7 h 30, comme ils en ont l’habitude.

La pluie a fini par cesser de tomber et une partie de l’équipe s’affaire autour du cocotier qui se trouve à l’ouest du site archéologique. Nous avons reçu l’autorisation de l’abattre car il recouvre une zone que nous n’avons pas pu fouiller. Mais abattre un cocotier n’est pas chose facile, fort heureusement la pelle mécanique parvient à sectionner les racines sur presque tout le pourtour, ensuite il faut quand même pousser un peu fort pour qu’il finisse par tomber.

A peine à terre, les botanistes, machette à la main, parviennent à extraire le chou du cocotier, qui part aussitôt vers les cuisines.

Le site principal est enfin prêt pour la fouille minutieuse des couches archéologiques. Chaque couche dégagée est tamisée et les restes de faune consommée soigneusement conservés.

Vers 18 h 00, les fous, qui ont fini par prendre le large, rentrent le jabot gonflé de calamars et de petits poissons pêchés au large, ils tournent un moment avant de retrouver leurs petits.

Max Guérout