Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Nous venons de recevoir le Dossier d'Archéologie Polynésienne n°6 concernant les recherches archéologiques menées en Polynésie française entre 2005 er 2015. Il contient à la page 215, la publication du travail effectué par Robert...
  • En date du 25 février 2022, un article écrit par Leire Ariz vient d'âtre publié par le journal espagnol en ligne PUBLICO, en lien avec l'exposition actuellement présentée au Musée Maritime Basque de San Sébastien. Lien ci-dessous : Publico...
  • Par max
    Posté le 22 Fév 2022
    Cette année le GRAN fête son 40ème anniversaire. Alain Bellot notre président a adressé aux membres présents et passés la lettre ci-jointes. M.G. Les40ansduGRAN.pdf
  • Par max
    Posté le 26 Oct 2021
    Nous apprenons ce matin la triste nouvelle du décès de Pierre Brocot, l’un des premiers membres du GRAN, dont il fut longtemps la cheville ouvrière. Plongeur démineur, généreux, ne ménageant jamais ses efforts, toujours prêt à organiser...
  • Par max
    Posté le 20 Oct 2021
    Mardi 19 octobre a eu lieu le vernissage de l'exposition Salammbô au MUCEM. Cette exposition d'abord présentée à Rouen, explore l'œuvre de Gustave Flaubert. Sylvain Amic et Myriam Morel-Deledalle en sont les commissaires. La fouille du Magenta...
  • L'exposition légère itinérante "Les esclaves oubliés de Tromelin" est installée depuis le 27 septembre 2021 dans la bibliothèque du lycée Emile Zola d'Aix-en-Provence. Elle y demeurera jusqu'au 17 janvier 2022. Le journal du centre de...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


29 août 2013
Que font les cafards dans le noir ?Fou attendant une météo plus favorableL'abattage du cocotier

Hier soir, après le dîner, Thomas nous a chanté, en s’accompagnant à la guitare, ses dernières compositions. L’une d’entre elles, intitulée : « Que font les cafards dans le noir » a reçu un accueil triomphal. Bako nous a chanté un air de Madagascar et Luc Gigord quelques chansons  réunionnaises. 

Après l’extinction des feux, la soirée s’est terminée sous les tentes jusqu’à une heure avancée.

Nuit très pluvieuse et vent en rafales, le jour se lève sous les averses d’une grande ligne de grain qui barre tout l’horizon. Le temps est si mauvais que les fous ne sont pas partis à la pêche dès 7 h 30, comme ils en ont l’habitude.

La pluie a fini par cesser de tomber et une partie de l’équipe s’affaire autour du cocotier qui se trouve à l’ouest du site archéologique. Nous avons reçu l’autorisation de l’abattre car il recouvre une zone que nous n’avons pas pu fouiller. Mais abattre un cocotier n’est pas chose facile, fort heureusement la pelle mécanique parvient à sectionner les racines sur presque tout le pourtour, ensuite il faut quand même pousser un peu fort pour qu’il finisse par tomber.

A peine à terre, les botanistes, machette à la main, parviennent à extraire le chou du cocotier, qui part aussitôt vers les cuisines.

Le site principal est enfin prêt pour la fouille minutieuse des couches archéologiques. Chaque couche dégagée est tamisée et les restes de faune consommée soigneusement conservés.

Vers 18 h 00, les fous, qui ont fini par prendre le large, rentrent le jabot gonflé de calamars et de petits poissons pêchés au large, ils tournent un moment avant de retrouver leurs petits.

Max Guérout