Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Vous trouverez en pièce jointe la réponse que M. B. David, Président du Muséum .national d'histoire naturelle, nous a adressée en réponse à notre lettre du 21 février 2019. Nous sommes très heureux de cette mise au...
  • Par max
    Posté le 05 Mar 2019
    Présentée par Stéphanie Gallet, RCF a diffusé lundi 4 mars l'interview : Max Guérout et l'exposition "Tromelin, l'île des esclaves oubliés" MG
  • Par max
    Posté le 25 Fév 2019
    Béziers, le 21 février 2019 M. Bruno David Président du muséum national d’histoire naturelle 57 Rue Cuvier, 75005 Paris Monsieur le Président, votre...
  • L'Advisory Council of Underwater Archaeology (ACUA) vient de publier un article faisant le bilan des recherches effectuées en baie de Saint-Pierre (Martinique) : Guibert Guérout Serra 2018 : GUIBERT (Jean-Sébastien), GUEROUT (Max), SERRA...
  • Le 15 novembre 2018, Joë est intervenu devant une classe de première du Lycée Alexis de Tocqueville à Cherbourg, pour parler de l'histoire des "esclaves oubliés" et des missions archéologiques effectuées à Tromelin . Parmi une vingtaine de...
  • Merci pour l'infos, c'est très intéressant :)

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


27 août 2013
Le fou, la tête piégée par un anneau de plastiqueVeronique dégage des ossements de tortueConcorde,  fou ou tortue ?


Encore une histoire d’oiseau !
Christian Fontaine, en parcourant l’île hier soir pour son inventaire botanique, a découvert un fou à patte rouge, perché sur un veloutier, avec un anneau de plastique passant autour de la tête et dans le bec qui ne peut se refermer. L’oiseau, sans doute en pêchant, s’est malencontreusement emprisonné dans ce morceau de plastique.

Sur la fouille les choses sérieuses commencent, les zones de déblais et la couche protectrice de sable blanc sont peu à peu dégagées.

Débute alors l’étude de la couche archéologique, là où elle a été préservée.
Les premières observations de la couche supérieure permettent d’identifier des clous de charpentiers, des bandes métalliques, des ossement de tortues et d’oiseaux.

En fin de matinée, Rezah nous quitte après sept jours passés avec nous, passant sous une haie d’honneur faite par toute l’équipe, tenant qui une truelle, qui une balayette, qui une raclette. 

Un os, trouvé dimanche dernier au centre de l’île, nous relie à une histoire amusante car celui-ci ressemble à s’y méprendre à une maquette de l’avion Concorde.

Gérard Ethève, qui assura pendant longtemps les liaisons aériennes vers Tromelin avec les avions de la compagnie Réunion Air Service, avant de diriger Air Austral, ayant trouvé sur l’île un os similaire l’envoya à André Turcat qui avait été pilote d’essai du supersonique.
On avait alors décidé que l’os en question provenait du squelette d’un fou et qu’il s’agissait d’un bréchet. Sans doute fallait-il un oiseau pour symboliser l’envol du grand supersonique et un fou pour souligner le défi qu’avait constitué sa construction et sa mise en service.
Fort de ces certitudes, André Turcat écrivit dans l’un de ses livres de souvenirs un chapitre intitulé: « Fortune du fou ». Il conclut son chapitre par ces mots : « Le bréchet du fou de Tromelin, fidèle entre mes livres, fait partie de ma fortune de rêves »

Las ! Il s’agit en réalité d’un os de tortue et plus exactement un entoplastron...

C’est ainsi que fini donc le rêve d’un envol supersonique pour une histoire plus terre à terre.

Max Guérout