Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Le 15 novembre 2018, Joë est intervenu devant une classe de première du Lycée Alexis de Tocqueville à Cherbourg, pour parler de l'histoire des "esclaves oubliés" et des missions archéologiques effectuées à Tromelin . Parmi une vingtaine de...
  • Merci pour l'infos, c'est très intéressant :)
  • Communiqué de presse GRAN Des navires du XIIème siècle devant la Grande Motte (Hérault) ? Le Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN), vient de terminer au large de la Grande Motte sa troisième campagne de recherche...
  • Par max
    Posté le 15 Sep 2018
    Le compte-rendu de l'intervention effectuée par le GRAN avec le concours du chasseur de mines Verseau de la Marine nationale, sur l'épave du paquebot Polynésien torpillé par le 10 août 1918 par le sous-marin UC 22 devant le port de Marsaxlok...
  • La première édition de l'album étant épuisée, une seconde édition de l'album : "Esclaves et négriers" vient d'être éditée par les Éditions Fleurus dans la collection : Voir l'histoire. Cette nouvelle édition comporte à la page 59...
  • Par max
    Posté le 31 Juil 2018
    Elsa Saïsset, une jeune graveuse qui vit à Nantes vient de réaliser six eaux-fortes inspirées par l'histoire et les recherches effectuées dans le cadre du programme "Esclaves oubliés". L'une d'elles figure en page d’accueil de notre...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


24 août 2013
Les traces des travaux de la station météo en 1954-56La deuxième tranchée vue d'en hautRezah nettoie délicatement le siteTout cela nous réserve bien des surprises


Nous avons eu une nouvelle nuit agitée.
Le paravent en toile plastifiée, installé par Philippe autour de la douche en plein air, fait un tel raffut dans le vent qui souffle en rafales que les locataires de la case malgache sont obligés de dormir volets clos.
Demain il va falloir prendre des ris dans la toile !

En matinée, toute l’équipe s’affaire autour d’une portion du site principal où sont concentrées les traces des travaux d’installation de la station météo en 1954-1956. 

On y trouve réunis : le câble électrique de l’éolienne, une conduite d’eau enterrée, un fût de 200 litres rempli de ciment qui servait d’ancrage à un hauban de l’éolienne.

Malgré les destructions occasionnées par ces travaux, nous avons dégagé la partie haute d’un mur de près de cinq mètres de long qui soulève bien entendu des questions.

Dans le premier bâtiment mis au jour, le bâtiment aux tritons, Rezah, notre ami mauricien, travaille la truelle à la main.
Il fouille méthodiquement, couche après couche, un carré d’un mètre carré et avoue le faire avec grand plaisir, réalisant là un rêve d’enfant.

Sur le second site, chacun a cogité pour expliquer l’absence d’indices.
En fait le sol primitif se trouve là, sous seulement une trentaine de centimètres de sable et si, comme sur le site principal, tous les blocs de corail apparents ont été utilisés en 1954 pour constituer les fondations des bâtiments de la station, ici pratiquement tout a été réemployé !
Pour cette raison, nous ne trouverons que la base d’un mur limitée à une trentaine de centimètre, c’est une réelle déception.

Au début de l’après-midi, Véronique se met en tête d’aller chercher le puits, toujours introuvable.
Elle a vu, et appris de son père, comment chercher de l’eau avec deux tiges de métal. Après avoir regardé les plans dessinés par les naufragés de l’Utile à leur retour, où figure l’emplacement du puits, elle part d’un pas résolu vers le centre de l’île.

Max Guérout