Voir les dessins des élèves de Semoy

"Actu" du forum

  • Vous trouverez en pièce jointe la réponse que M. B. David, Président du Muséum .national d'histoire naturelle, nous a adressée en réponse à notre lettre du 21 février 2019. Nous sommes très heureux de cette mise au...
  • Par max
    Posté le 05 Mar 2019
    Présentée par Stéphanie Gallet, RCF a diffusé lundi 4 mars l'interview : Max Guérout et l'exposition "Tromelin, l'île des esclaves oubliés" MG
  • Par max
    Posté le 25 Fév 2019
    Béziers, le 21 février 2019 M. Bruno David Président du muséum national d’histoire naturelle 57 Rue Cuvier, 75005 Paris Monsieur le Président, votre...
  • L'Advisory Council of Underwater Archaeology (ACUA) vient de publier un article faisant le bilan des recherches effectuées en baie de Saint-Pierre (Martinique) : Guibert Guérout Serra 2018 : GUIBERT (Jean-Sébastien), GUEROUT (Max), SERRA...
  • Le 15 novembre 2018, Joë est intervenu devant une classe de première du Lycée Alexis de Tocqueville à Cherbourg, pour parler de l'histoire des "esclaves oubliés" et des missions archéologiques effectuées à Tromelin . Parmi une vingtaine de...
  • Le Musée du Louvre présente du 26 septembre 2018 au 1er juillet 2019, une exposition intitulée : L'archéologie en bulles. Cette exposition présente deux des planches de la BD que Sylvain Savoia a consacré à la fouille de Tromelin (Chapitre :...

Le carnet de la mission 2013 [ordre chronologique inversé]


22 août 2013
TractopelleGygis albaCoquilles de benitier

Les consignes du matin sont simples : continuer le travail commencé hier sur l'habitat principal, entreprendre un sondage à l'emplacement du second site probable et mettre en œuvre la pelle mécanique.
Le temps s'est remis au beau et la température reste agréable.

La pelle mécanique travaille en douceur. Elle abat un gros travail cantonné pour l'instant au déblayage du sable.

La dalle de béton qui servait en 1954 d'embase à une éolienne est en partie enlevée. Il ne reste pour le moment que les quatre fûts de 200 litres remplis de blocs de corail et de ciment qui lui servaient de support.
De toute évidence la construction de cette dalle a perturbé le secteur mais nous ne mesurons pas encore à quel point.

Sur le second site, un sondage de 6 x 1 m est mis en place, mais il ne donne pas grand-chose : ni nouvelle structure, ni trace d'une couche de sédiment correspondant à l'occupation des malgaches comparable à celle observée sur le site principal.
Dans l'après midi, l'amorce d'un second sondage, proche du premier, est réalisé à l'aide de la mini pelle mécanique.

De leur côté, Luc et Christian, les deux botanistes réunionnais du Conservatoire botanique de Mascarin, aperçoivent un groupe d'oiseaux blanc à l'oeil noir, le fameux Gygis Alba aperçu sur l'île pour la première fois en 1856 par l'ornithologue Edgar Léopold Layard, conservateur du South African Museum du Cap (Afrique du Sud), qui fait un récit très vivant de sa « capture » :
« Pendant que nous marchions, j'avais donné mon fusil au Chapelain, qui voulait s'essayer la main au tir. Il avait tiré une fois sans succès sur un huîtrier; et maintenant à mon grand dépit, je vis un nouvel oiseau magnifique d'une blancheur de neige, ressemblant beaucoup à une sterne, passant lentement près de lui. « Un oiseau nouveau ! », criais-je ; « tirez, mon père, tirez ! » hélas, mon ami avait la main plus habile avec le livre des Hébreux qu'avec une Westley Richards ..../... A l'éclair brillant et à la détonation, la créature neigeuse répondit par une gracieuse inclination, comme une demoiselle en mousseline blanche à une invitation à la danse, et elle plana au-dessus de nos têtes, nous regardant bien en face avec ses grands yeux noirs..../.... mon blanc ami se détourna, et s'éloigna à tire d'aile vers le large.
Oh angoisse ! Que connaît seul le naturaliste, qui voit une nouvelle espèce lui glisser entre les mains. La blanche vision fait un autre tour, cette fois vers la terre  « viens, viens oiseau inconnu »  Viser de loin !  Ah, ma beauté, l'aumônier ne tient plus ce solide canon : un oeil mortel mesure la distance que vous allez parcourir, avant que le messager plombé ne vous atteigne. Et maintenant, le tir précis ! Bruit sourd, l'oiseau infortuné est tombé. »

Ce n'est qu'en fin d'après midi que les contours d'un autre bâtiment se dessinent... Contre l'un des murs apparaissent cinq coquilles de bénitier, rangées les unes dans les autres, et une balle d'espingole en plomb.

Cette découverte nous rend très impatients d'être déjà à demain !

Max Guérout