Malte http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb Thu, 23 Nov 2017 11:10:48 +0000 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr 30 mai 2004 http://archeonavale.org/gran2012/index.php/journal-de-bord http://archeonavale.org/gran2012/index.php/journal-de-bord

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 30 mai.

 
Timmy Gambin  

Depuis deux jours l’équipe d’encadrement du stage s’est réunie à Malte et procède aux dernières mises au point avant l’arrivée des stagiaires venant de l’extérieur, soit d’Algérie soit de France, les six stagiaires maltais étant déjà sur place.

L’installation à Mellieha dans le nord de l’île dans deux appartement contigus, le choix d’une solution pour assurer les repas dans de bonnes conditions, les dernières négociations avec le club de plongée qui doit nous louer le matériel de plongée, une visite dans l’anse de It-Torri I-Abjad, où se trouve l’épave sur laquelle doit être effectuée à la fois une fouille et la formation des plongeurs ont permis de faire connaissance avec nos lieux de vie et de travail comme d’assurer les bases de notre séjour dont la préparation a été assurée par Timmy Gambin.

L’épave de It-Torri I-Abjad découverte il y a maintenant plus de 40 ans n’a jamais fait l’objet d’une opération archéologique. Un plan succinct des vestiges apparents et la récupération de deux petit canons à pivot (pierriers) effectués à l’époque, sont les seuls éléments de départ du travail que l’équipe va entreprendre.

 
  Hervé Blanchet sur la Madona Ta’Pinu
Par ailleurs, Hervé Blanchet s’est chargé d’équiper la Madona Ta’Pinu, une vedette qui nous est prêtée par la « Malta Maritime Authorithy » pour effectuer au cours de la première semaine des prospection magnétométriques au profit des stagiaires maltais de la « Superintendence of Cultural Heritage ».

Les vérifications habituelles de compatibilité des équipements du bateau et des différents capteurs que nous allons installer (sonde magnétique, positionneur GPS, sonde bathymétrique) comme les quelques modifications du navire nécessaires à l’installation du treuil occupent deux journées entières.

Dans la soirée arrivent, via Tunis, les trois stagiaires algériens : Adlane et Djamal Ferchouli et Souad Lamouti.

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Thu, 08 Jun 2017 05:47:44 +0000
31 mai 2004 http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/108-31-mai-2004 http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/108-31-mai-2004

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 31 mai.

 
Port franc de Marsaxlokk, le terminal des conteneurs.  

Finalement nos trois stagiaires algériens ne sont pas arrivés. N’étant pas munis du visa exigé depuis l’entrée de Malte dans la Communauté Européenne le premier mai dernier, à l’escale de Tunis leur compagnie aérienne a refusé leur embarquement. Hier en soirée nous avons espéré débloquer la situation, mais aucun des fax et des coups de téléphones envoyés dans toutes les directions n’y a rien fait.

Aujourd’hui les négociations ont repris avec les autorités et après une visite au Ministère des Affaires étrangères et l’envoi d’un fax au Consulat de Malte à Tunis, notre espoir de voir se débloquer la situation s’est confirmé en soirée. Reste que nos trois plongeurs vont devoir passer deux ou trois jours à Tunis en attendant le prochain avion.

Parallèlement ,la préparation du chantier continue alors qu’arrive de Paris Anne Joyard et que Ingrid Ross une nouvelle stagiaires maltaise se joint à nous.

Pendant ce temps dans le port de Marsaxlokk, au Sud de Malte, l’installation du matériel se termine à bord de la Madona Ta’Pinu et vers 14 h 30 nous appareillons pour un essai de l’ensemble du matériel. Ce dernier semble avoir bien supporté le voyage et tout marche à merveille, nous sommes donc parés pour la journée de demain.

Au Nord, nos plongeurs font une première reconnaissance en apnée de la baie de It-Torri I-Abjad, et rentrent un peu perplexes. Nous relisons ensemble le texte rédigé par l’inventeur de l’épave et nous découvrons que nous avons confondu feet et yards ! Pour demain les espoirs de localiser l’épave sont donc permis.

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Thu, 08 Jun 2017 05:51:51 +0000
1er juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/109-1er-juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/109-1er-juin

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 1er juin.

 
La Madonna Ta' Pinu longe les falaises de la cote ouest de Malte.  

Au petit matin nous descendons, Hervé et moi, les rues de Sliema vers la mer, Godwin , un des ingénieurs mécaniciens de la Malta Maritime Authority nous prend avec sa voiture et nous conduit au port de Marsaxlokk dans le Sud de l’île. A 7 h 40 la Madona Ta’Pinu appareille vers la baie Gnejna où nous devons effectuer une prospection. Il faut pour cela longer la côte ouest de l’île de Malte par un vent de sud-ouest modéré qui soulève pourtant un houle assez forte pour secouer notre bateau. La côte ouest est une ligne continue de magnifiques falaises calcaires qui tombent à pic dans la mer ; en conséquence, de ce côté de l’île, il n’y a pratiquement pas d’abri. Après trois heures de transit qui nous ont donné le temps de préparer soigneusement notre mission, nous atteignons notre but et mettons aussitôt le magnétomètre à l’eau.

Pendant ce temps dans le nord, les plongeurs ont entrepris d’explorer l’anse de It-Torri Il Abjad afin d’essayer de mettre au point une stratégie de recherche pour localiser l’épave. Une reconnaissance systématique permet de mettre en évidence une zone sableuse où elle a de fortes chances de se trouver. Un plongeur qui a déjà vu l’épave assure qu’elle apparaît parfois dégagée du sable après les forts coups de vent puis s’ensable à nouveau.

En fin de matinée, nos stagiaires algériens nous appellent de Tunis pour nous apprendre, soulagés, qu’ils viennent d’obtenir leur visa du Consulat de Malte. Il leur faut cependant attendre maintenant jusqu’à jeudi, le prochain avion à destination de Malte. Ce dénouement heureux nous réjouis tous.

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Tue, 13 Jun 2017 02:34:18 +0000
2 juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/110-2-juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/110-2-juin

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 2 juin.

 
Charlie.  

Après les inévitables problèmes de mise en train que nous avons eus à résoudre, les automatismes se mettent déjà en place et les choses tournent maintenant sans effort.

Au nord : les plongeurs encore peu nombreux attendent le renfort des trois stagiaires algériens qui arrivent demain midi ainsi que d’autres plongeurs dès lundi prochain.

L’épave semble plus ensablée que prévu et échappe encore aux regards des plongeurs mais, une recherche systématique est mise en place et devrait aboutir à sa localisation.

Au sud : départ de Marsaxlokk dès 7 h 30 de la Madona Ta’Pinu
Pour Charlie, le patron de la vedette, c’est le dernier jour d’activité professionnelle, à 60 ans il part à la retraite. Il garde bonne contenance mais on sent bien que la nostalgie n’est pas loin.

Les prévisions météo d’hier étaient pessimistes mais c’est un temps radieux qui nous accueille, si bien que l’on peut pousser les moteurs et gagner ainsi près d’une demi-heure de transit.

Nous longeons les falaises de près, ce qui nous permet de les examiner en détail. De nombreux oiseaux de mer y nichent en toute tranquillité mais sur le sommet des falaises tout un dispositif de capture est en place, fait d’appeaux et de filets. Les pêcheurs, contraints de surplomber de 80 mètres la mer qu’ils ne peuvent atteindre, utilisent des nasses qu’ils font glisser le long d’un filin (faisant alors office de trolley) lesté et jeté au large.

En baie de Gnejna nous reprenons nos lignes de recherche que nous suivons avec précision car les barreurs sont très expérimentés et habitués à utiliser l’écran d’ordinateur placé devant eux sur lequel sont visualisées les routes à suivre. En bord de mer un grand hôtel est en construction à un endroit qui était presque désert il y a encore une vingtaine d’années ; le tourisme transforme radicalement l’île.

La zone semble vierge de toute masse ferreuse et c’est pratiquement tout à la fin de notre journée de travail que nous détectons une petite anomalie.

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Tue, 13 Jun 2017 02:35:36 +0000
3 juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/111-3-juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/111-3-juin

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 3 juin.

 
Carte représentant la baie de Gnejna.  

Les prévisions météo pessimistes annoncent un vent de Nord Ouest force 6. L’équipage de la Madonna Ta’Pinu est un peu inquiet. En effet, quand le vent de nord ouest souffle on ne trouve nulle part d’endroit abrité, celui-ci enveloppant alors l’île des deux côtés. 
Mais, dès la sortie du port, le vent qui s’était levé de bonne heure se calme et nous arrivons devant la baie de Gnejna sans encombre.

Chacun sachant ce qu’il doit faire, la mise à l’eau du magnétomètre s’effectue rapidement et nous attaquons une nouvelle ligne de prospection. A la fin de celle-ci, nous détectons à nouveau une anomalie qui correspond à celle que nous avons détectée hier.

La zone du large déterminée a été baptisée Qarraba (ce qui se prononce Arraba) du nom d’une petite presqu’île proche. Nous entamons l’exploration de la Baie de Gnejna proprement dite. Les fonds étant très faibles, pour plus de sécurité nous laissons le magnétomètre sans aile plongeante, le barreur n’a plus à se consacrer qu’à la sécurité du bateau, car nous passons très près des roches qui entourent la baie.

 
  La Madonna Ta' Pinu longe les roches de la baie de Gnejna
]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Tue, 13 Jun 2017 02:36:34 +0000
4 juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/112-4-juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/112-4-juin

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 4 juin.

 
Nos trois stagiaires algériens attentifs.  

Un vent violent a soufflé toute la soirée d’hier…

Quand nous descendons la rue Stella Maris vers la mer, nous constatons que les nuages filent par dessus les toits et que le vent violent a déjà repris. 
Avec Godwin, l’ingénieur de la Malta Maritime Authority qui nous conduit, nous faisons un détour avant d’atteindre Marsaxlokk pour voir l’état de la mer. Un seul coup d’œil suffit à nous convaincre que nous ne pourrons pas naviguer en toute sécurité jusqu’à Gnejna Bay.

AdlaneDjamal et Souad, nos trois stagiaires algériens, embarquent quand même et nous prenons la décision de leur montrer la mise en œuvre du magnétomètre à abri du vent, à l’extérieur du port.

 
  Travail d'équipe pour remonter le magnetomètre.

Une petite zone est choisie et nous procédons à quelques lignes de prospection, à titre de démonstration, devant nos trois stagiaires attentifs.

Un avis de coup de vent, émis par radio vers 10 h 00, confirme le bien fondé de notre décision d’annuler le départ vers le Nord.

Après environ une heure de mise en œuvre du magnétomètre nous ramassons notre matériel et décidons d’installer un nouveau treuil équipé d’un moteur pour procéder à des essais.

Pour travailler tranquillement nous allons nous amarrer à quai dans le petit port de pêche de Marsaxlokk. Pendant que Hervé Blanchet installe son matériel, nous pouvons aller voir de près les bateaux traditionnels de Malte à la silhouette caractéristique

 
L'oeil des barques de pêche.  
 
  les bateaux de pêche de Marsaxlokk.

Un coup de téléphone nous apprend que nos plongeurs ont renoncé eux aussi à plonger, il est vrai que le vent de nord-ouest s’engouffre dans la petite baie de It-Torri il-Abjad et que dans ce cas la mer y est particulièrement violente.

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Tue, 13 Jun 2017 02:39:57 +0000
5 juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/113-5-juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/113-5-juin

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 5 juin.

Dans la matinée, toute l’équipe à laquelle s’est joint Edmond Cardona se retrouve dans l’appartement de Mellieha. 

La salle à manger se transforme pour un moment en salle de conférence.
Pour compléter la sortie en mer de la veille, Max fait quelques rappels sur le magnétisme terrestre, les paramètres qui influent sur les mesures enregistrées par le magnétomètre ainsi que sur la forme de signaux enregistrés en fonction de la nature de l’objet détecté et de la distance horizontale entre cet objet et la sonde du magnétomètre.

Joe Guesnon prend le relais en présentant la remarquable fouille de l’épave d’Omonville (près de Cherbourg) menée sous sa direction par une équipe de plongeurs cherbourgeois entre 1981 et 1986.

 
Canon provenant de l’épave de It-Torri Il-Abjad.  
 
Montée de la rampe vers le château Saint-Ange.  
 
  Visite attentive du Musée Maritime.
 
  Vittoriosa vue du château Saint-Ange.

Après un repas froid pris rapidement, nous suivons Edmond qui nous guide jusqu’au Musée Maritime, à Vottoriosa, où la visite est commentée par Timmy Gambin. 

Dans l’une des salles du musée, nous avons l’occasion de voir le petit canon pierrier qui provient de l’épave de It-Torri Il-Abjad et, tout en discutant de la difficulté que nous avons à retrouver cette dernière, nous décidons d’utiliser le magnétomètre pour essayer de localiser l’épave.
 

Longeant le quai (transformé l’année dernière en marina) qui, à l’époque des chevaliers de Malte, servait de zone d’amarrage pour les galères de l’Ordre, nous montons la rampe menant au château Saint-Ange, haut lieu du Grand siège de 1565, que nous visitons ensuite.


Pour mettre à exécution notre projet de prospection magnétique sur l’épave nous décidons d’aller sur le champ récupérer notre matériel sur la Madonna Ta’Pinu, dans le Port Franc de Marsaxlokk. Il nous faut parlementer un moment avec le contrôle des entrées du port pour obtenir enfin l’autorisation de sortir notre matériel.

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Tue, 13 Jun 2017 02:43:06 +0000
7 juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/114-7-juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/114-7-juin

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 7 juin.

 

Diversion dans la baie de Ramla Tat-Torri.

 

Le 7 juin est jour de fête nationale à Malte, et le temps s’est mis de la partie après le coup de vent d’hier. Sur la plage de Ramla Tat-Torri, les petites maisons aux volets bleu clair se peuplent rapidement d’une foule joyeuse et aux cris des enfants répondent bientôt les sonos poussées à leur maximum. Nous nous installons au milieu de ce joyeux tohu-bohu lorsque paraît Diversion, une solide embarcation pneumatique qui va nous servir de base pour effectuer une couverture magnétique de la zone de recherche.

Il s’agit en effet d’utiliser le magnétomètre d’une manière originale, Diversion est amarré entre deux bouées parallèlement à la côte et nous faisons avec le magnétomètre une série de va-et-viens entre l’embarcation et la côte. Après chaque ligne, l’embarcation et son vis à vis à terre se déplacent de deux mètres nous permettant de couvrir peu à peu toute la zone.

Dans le courant de l’après-midi un riverain nous affirme avoir vu l’épave au cours de l’été dernier et nous indique une zone comprise entre quatre bouées dans laquelle il a observé des membrures.

Nous décidons de profiter de la présence de l’embarcation et du magnétomètre pour couvrir cette petite zone qui à grossièrement la forme d’un carré de 30 mètres de côté. La zone est trop encombrée de bouées pour que nous puissions utiliser la même méthode que ce matin, nous choisissons alors la solution de maintenir l’embarcation fixe en l’amarrant entre deux bouées et de procéder à des va-et-viens rayonnants centrés entre l’embarcation et des plongeurs

L’opération se passe correctement avec la détection d’une dizaine d’anomalies correspondant à des masses de fer enfouies.

Faute de batteries extérieures pour alimenter le magnétomètre, nous avons utilisé celles de nos voitures et en fin d’après-midi nous avons la mauvaise surprise de retrouver l’une d’elle avec une charge insuffisante pour faire fonctionner le moteur équipé d’une pompe électrique, tout rentre heureusement dans l’ordre après une petite heure de mécanique.

Un coup de téléphone nous apprend que nos plongeurs ont renoncé eux aussi à plonger, il est vrai que le vent de nord-ouest s’engouffre dans la petite baie de It-Torri il-Abjad et que dans ce cas la mer y est particulièrement violente.

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Tue, 13 Jun 2017 04:36:49 +0000
8 juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/115-8-juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/115-8-juin

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 8 juin.

L’équipe va être de nouveau séparée en deux, puisque la Malta Maritime Authority (MMA) nous a accordé la Madonna Ta-Pinu pour une journée supplémentaire afin de compenser celle que nous avons perdue suite au coup de vent de vendredi dernier.

Michael Spiteri nous a rejoint et nous profitions de cette nouvelle journée de temps calme pour aller finir le travail que nous avons commencé en baie de Gnejna. 
Une dizaine de ligne de prospection étaient nécessaires pour terminer la couverture de toute la baie. 

Le beau temps et la mer d’huile nous permettent de voir les dangers et de nous approcher de la côte. Au fond de la baie, nous détectons une douzaine d’anomalies. Pour respecter les horaires de travail des marins, nous quittons la baie vers 13 h 00 afin d’être de retour avant 16 h 00 au port. L’activité du port franc est un sujet d’étonnement, porte-conteneurs petits et grands se succèdent à un rythme très soutenu et le nombre de conteneurs traités journellement paraît important.

 
  La cabine de la Madonna.
 

La Madonna longe la côte Ouest de Malte.

 

 

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Tue, 13 Jun 2017 04:40:24 +0000
9 juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/116-9-juin http://archeonavale.org/gran2012/index.php/la-formation/2017-04-23-13-53-45/47-jdb/116-9-juin

Le journal de bord - Malte 2004 [ordre chronologique inversé]


Malte – 9 juin.

 

Adlane Ferchouli se penche sur la motopompe.

 

La plage de Ramla Tat-Torri a retrouvé son calme et ses quelques habitants qui résident là à longueur d’année. Notre équipe, qui comptabilise aujourd’hui 14 personnes, constitue probablement l’essentiel de la population.

Nous installons notre tente et débarquons le matériel et les bouteilles qu’un club de plongée local nous apporte ponctuellement à 08 heures tous les matins.
Joanne Malia nous a rejoint ainsi que Frank Checuti, un de ses collègues de l’Institut de conservation et de restauration.

La motopompe est installée à l’extrémité d’un petit quai en béton. Grâce à l’ajout de cinq longueurs de tuyaux de 20 m nous pouvons atteindre le carré à l’intérieur duquel nous pensons que l’épave se trouve.

 
 

L’installation sur la plage et en arrière plan le site de l’épave de Ramla Ta-Torri.

Gentiment, l’un des riverains vient nous proposer un petit bateau si nous en avons besoin. Nous voulons justement reprendre les positions GPS des blocs de béton sur lesquels sont amarrées les bouées qui nous servent de repères et nous acceptons son offre.

La première tranchée entamée hier et ayant progressé très rapidement nous entamons une seconde saignée à huit mètres plus au sud.

Deux équipes de deux stagiaires effectuent des mesures et nous prenons quelques mesures à l’aide du GPS pour essayer de vérifier le croquis du site dessiné il y a plus de quarante ans. Les mesures effectuées confirment en gros celles qui sont indiquées sur le plan.

 

Frank Checuti à la suceuse

 

Vers midi, Timmy Gambin s’en va chercher le repas froid habituel ; aussitôt revenu il s’équipe et part travailler avec la suceuse en place sur la deuxième saignée. Un cri en surface à peine couvert par le bruit de la motopompe attire l’attention de tout le monde : Timmy vient de trouver une planche très attaquée par les tarets qui semble bien être un morceau de notre épave. Nous sommes à présent près du but et le moral de l’équipe s’en ressent.

]]>
sebastien.eon@gmail.com (Sébastien Eon) JdB Tue, 13 Jun 2017 04:48:57 +0000