• Imprimer

Le GRAN a regroupé en 1982 dans une Association selon la loi de 1901, une équipe d'archéologues, d'historiens, de spécialistes de la plongée, de l'intervention sous la mer et d'experts de disciplines diverses.

Avec plus de 30 ans d'activités soutenues, en s'appuyant sur un potentiel humain aux compétences très variées, le GRAN a accumulé une expérience considérable dans le domaine de la recherche archéologique (prospections, expertise, fouille), mais aussi dans celui de la gestion du patrimoine sous-marin aussi bien sur le plan juridique que sur le plan pratique.

Aujourd'hui, après avoir analysé son activité passée et en avoir fait le bilan, l'Association revitalisée par une nouvelle génération de membres tourne ses regards vers l'avenir et s'est fixé des objectifs prioritaires dans cinq domaines :

LA RECHERCHE

Deux domaines de recherche ont été privilégiés :

1 - S’appuyant sur son expérience et particulièrement sur la fouille de l’épave de la « nave » génoise Lomellina, les recherches des épaves de la Cordelière et de la Grande Maîtresse, le GRAN a choisi de concentrer ses efforts de recherche sur les navires du XVIème siècle. Cet objectif s’est matérialisé en 1998 / 2000 par la réalisation d’un programme européen intitulé « Les Grands Navires de la Renaissance » soutenu par la Commission européenne. Il se poursuit dans les divers domaines d’étude qui ont été ouverts à cette occasion, en participant au programme de l’UNESCO : « La navigation du savoir - Le réseau des arsenaux de la Méditerranée » et en collaborant avec le Musée National des Arts et Traditions Populaires.

Au début de 2012, le GRAN a mis sur pied un Projet collectif de recherche sur le thème des navires du XVIe siècle. Ce projet associe, la société d'études archéologique subaquatique (SEAS), le laboratoire d'histoire maritime et navale de l'Université de Gênes représenté par le Dr. Luca Lo Basso, le Dr. Carlo Beltrame, enseignant chercheur de l'Université Ca'Foscari de Venise et le Dr. Renato Gianni Ridella, chercheur génois spécialisé dans le domaine de l'artillerie. Le Projet collectif de recherche est domicilié au laboratoire FED 4124 - Paris IV Sorbonne-Musée nationale de la Marine.

2 - Dans le cadre du programme UNESCO « La Route de l’Esclave », le GRAN entend poursuivre ses recherches sur le thème des navires négriers. Plusieurs de ses membres ou de ses correspondants répartis sur les trois continents atlantiques, réunis dans un réseau thématique hébergé sur ce site, travaillent sur ce thème.

LE SAVOIR FAIRE

Le GRAN a choisi, il y a plusieurs années, d’acquérir une expérience professionnelle en matière de prospection sous-marine (utilisant en particulier un magnétomètre et un sonar latéral). La réalisation de plus de douze campagnes de prospection, et l’acquisition de matériels performants lui ont désormais donné cette capacité qu’il souhaite dorénavant mettre au service de la communauté scientifique.

LA TRANSMISSION DU SAVOIR

Mise en place d'un sonar latéral à bord du Langoz - La Recherche de la Cordelière, août 2000Le GRAN a décidé de faire porter son effort dans le domaine de la communication scientifique à travers les moyens de communication modernes. Ce volet de son activité développé par une cellule spécialisée, comporte le développement d’un site Internet consacré à l’archéologie sous-marine, la constitution de réseaux, la constitution de bases de données, la création d’une cellule de communication scientifique vouée à la transmission en temps réel, via une liaison Internet, d’événements archéologiques :

- prospections, explorations ou fouilles sous-marines. Cette activité qui se développe d’une manière autonome au sein du GRAN, est également le fruit d’une collaboration avec le programme UNESCO « La navigation du savoir » et « La route de l’Esclave », ce dernier a d'ailleurs reçu le label de la Décennie Mondiale du Développement Culturel de l'UNESCO et figure parmi les projets retenus par le programme de l'UNESCO lancé en septembre 1994 à Ouidah au Benin. Ce programme comporte des recherches d'épaves de navires négriers sur les côtes des trois continents riverains de l'Atlantique et nous met en contact avec de nombreux pays.

LA CAPACITE D'ACTION

Travail à la suceuse sur l'épave de la Slava Rossii, 1981Le GRAN entend se doter de moyens d'intervention rapide pour répondre aux besoins de protection du patrimoine maritime national. Dans ce domaine, conscient que l'histoire maritime est un tout, mais que le statut juridique international particulier des épaves des navires d'Etat offre une opportunité d'agir utilement pour la protection du patrimoine que représente les épaves des navires de guerre et d'Etat français coulés dans les eaux étrangères, le GRAN souhaite structurer son action pour améliorer la protection de ce patrimoine et se donner les moyens d'agir rapidement là où le besoin s'en fera sentir.

Dans cette optique et en liaison avec les administrations et les centres de recherches concernés, le GRAN a ouvert un réseau d'information, d'accès réservé, destiné à faire circuler rapidement l'information concernant les épaves des navires de guerre français coulés dans les eaux étrangères, le GRAN est par ailleurs, comme son action antérieure l'a montré, apte à réagir rapidement en cas de besoin, pour effectuer une expertise, participer à titre de conseiller sur une intervention ou pour réaliser toute fouille urgente qui se révèlerait nécessaire. L'Association souhaite toutefois se structurer et s'organiser pour être prête à mener à bien ce type d'action urgente dans les meilleures conditions possibles.

LA MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE CULTUREL SOUS-MARIN

L’action du GRAN se traduit aussi bien par des programmes de mise en valeur du Patrimoine maritime (Inventaire systématique du patrimoine sous-marin de Martinique et de Polynésie française) en liaison avec les Ministères de la Culture concernés (France et Polynésie Française), que par des actions de formation à la gestion du Patrimoine sous-marin dans le cadre de chantiers écoles (Programme UNESCO « La navigation du savoir »).
Une rubrique d’information sur le patrimoine maritime est accessible sur le site.