Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : L'épave du Sénégal (1780) à Gorée

L'épave du Sénégal (1780) à Gorée 15 Sep 2014 12:14 #13549

  • max
  • Portrait de max
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 450
Lors des prospections effectuées en 1988 au large de Gorée par le GRAN, nous avons localisé une épave qui se trouve au nord de l’île et que nous avons d’abord baptisée n°803 (voir publication en ligne sur le site archeonavale.org à l’adresse suivante : archeonavale.org/goree/index.html.
Après l’étude du mobilier archéologique et après avoir effectué des recherches historiques nous avions conclu à la possibilité qu’il s’agisse de l’épave du Sénégal, un navire de construction anglaise coulé en 1780.
Vingt-six ans après nos plongées sur cette épave, nous avons trouvé un article publié dans The London Gazette le 10 mars 1781 (n°12169, p.2) qui donne de nombreux détails sur ce navire et sur la fin de son existence. En voici la traduction :
« Admiralty Office, 13 mars 1781.
Extrait d’une lettre du Lieutenant Inglis, commandant His Majesty’s Sloop Zephyr, à Mr. Stephens, datée du 11 mars 1781 à Spithead.
« J’ai le plaisir d’informer vos Seigneuries que le HM sloop Zephyr, placé sous mon commandement est arrivé à Spithead venant de la côte d’Afrique après une traversée de 57 jours.
J’ai de plus l’honneur d’informer vos Seigneuries, que le 31 octobre dernier, étant juste de retour à Gorée après une croisière, je fus averti par le Gouverneur Wall qu’une frégate française de 24 canons se trouvait dans la rivière Gambie et y avait pris deux transports et deux sloops qui faisait provision d’eau et de bois pour la garnison de Gorée. Je mis immédiatement à la voile en compagnie du corsaire Polly armé de 16 canons courts de 4 livres avec 30 hommes d’équipage, placé sous mon commandement sur les conseils du Gouverneur Wall.
Le 2 novembre à 11 h A.M., me trouvant à l’entrée de la rivière, je vis quatre voiles au mouillage sous la pointe Barra. Nous avons reconnus l’un des transports, deux sloops et une frégate française. Le transport armé de 16 canons était comme je l’ai appris manœuvré par des français et des nègres venant d’Albreda sur la rive de la Gambie. A Midi, le transport et les deux sloops furent incendiés, l’autre transport ayant été brûlé la veille. A 1 h P.M. le navire ennemi ayant appareillé et le Zephyr se trouvant à une portée de pistolet de lui, un chaud combat s’ensuivit, qui dura jusqu’à 4 h P.M., lorsque qu’en chassant le Zephyr et l’ennemi s’échouèrent (très près de basse mer), aussi près l’un de l’autre qu’au paravent, ce qui eut pour conséquence une reprise d’un combat qui redoubla de violence, ressemblant dorénavant plus à un combat de batteries terrestres qu’à un combat naval. Pendant la plus grande partie du combat le corsaire resta mouillé trois quart de mille sur mon arrière, mais néanmoins un feu continuel fut poursuivi par le Zephyr et l’ennemi jusqu’à 6 h., lorsque l’ennemi amena ses couleurs avec une perte de 12 tués et 28 blessés, le Zephyr ayant 2 tués et 4 blessés, son beaupré, son grand-hunier, sa grande vergue détruits, sa coque, ses mâts, ses vergues, ses voiles et son gréement très endommagés, de telle manière que nous arrivâmes avec beaucoup de difficultés à Gorée à minuit. Pendant toute la durée de l’action, le Zephyr s’est trouvé sous la menace extrême de radeau incendiaires, à la fois sous la proue et sous la poupe. Mais heureusement ces intentions de l’ennemi avortèrent.
Après avoir abordé l’ennemi, nous sûmes qu’il s’agissait du Sénégal (commandé par le Lieutenant Allery) un navire du Roi de France armé de 18 canons de 6 livres et ayant un équipage de 126 hommes, mais équipé de 22 en raison des canons qu’il transportait. Il était nommé auparavant Racehorse commandé par Lord Mulgrave et récemment le HMS Senegal. Comme sa prise avait représenté un grand préjudice pour les sujets de sa Majesté commerçant le long de la côte africaine, sa reprise m’a donné le plus grand plaisir et la plus grande satisfaction.
A notre arrivée le 12 novembre à Gorée venant de Gambie, le gouverneur Wall m’informa de la présence de deux bâtiments au large de la barre du Sénégal, chargeant de la gomme arabique. Prêt à agir à l’annonce de cette information, bien qu’éreintés et bien que la condamnation et le jugement de prise du Sénégal soit encore en suspend, nous acceptâmes allègrement d’entamer la poursuite au-devant d’un succès apparent. Mais le vent de NE étant contraire, et le Zephyr se trouvant dans une grande infirmité, après avoir battu la mer pendant cinq jours, le navire fut obligé de retourner à Gorée, dans le but de nous réparer et de tenter une seconde fois l’expédition.
A notre retour la condamnation du Sénégal étant effective et le juge ayant demandé son inventaire, des officiers et des hommes du Zephyr furent envoyés à bord dans ce but ainsi que pour faire les réparations nécessaires à la réalisation de l’expédition évoquée ci-dessus. Mais hélas pour une cause inconnue, le 22 novembre il sauta malheureusement, avec la perte du Lieutenant Georges Crofts et de 22 autres officiers et marins, indiqués dans la liste ci-dessous.
Je me flatte que vos Seigneuries montreront toute l’indulgence nécessaire à ces officiers et marins amis qui noblement et avec courage m’aidèrent dans le dernier combat et malheureusement furent victime de l’accident ci-dessus.

Liste des officiers et marins appartenant au HMS Zephyr, qui furent tués dans l’explosion de la frégate du roi de France Sénégal, commandant Lieutenant Allery, le 22 Novembre 1780.
Georges Crofts, Lieutenant Georges Williams, matelot
Francis Fyffe, Maître John Oakes, matelot
Lauder Rutherford, matelot Cabel Cornwall, matelot
Tho. Harris, maître de manœuvre And. Buchanan, matelot
Wm. Tramplett, Canonnier Wm. Forfyth, Serviteur du cap.
Tho. Nesbitt, aumonier John Lawlers, matelot
Ja. Croker, Maître Tho. Smith, matelot
Ja. Parminter, Voilier Wm. Baker, matelot
P. M’Kewen, Second canonnier Tho. Cross, matelot
Henry Clark, matelot Jo. Hall, matelot
Mark Short, matelot Tho. O’Hara, matelot
Henry Fudge, matelot »


Voici quemlques informations complémentaires concernant ce navire.
Corvette construite dans le chantier de Rotherhithe (Grande-Brtetagne), commencée en mai 1760, mise à flot le 24 / 12/1760
Caractéristiques : 183 t., longueur : 29,6 m, largeur : 7,9 m, tirant d’eau : 3,6 m. Armée de 16 à 18 canons.
Acheté par la Royal Navy en 1777 et baptisée Racehorse.
Le Racehorse capture le sloop américain Guest, 12 canons, 16 pierriers, équipage de 90 à 100 hommes, Commander Edward McKaller, le 15 Octobre 1777 au large de Montego Bay
Rebaptisé Senegal
Capturé par l’Hector (74 canons) au large de Sandy Hook (Amérique) le 15 / 8/1778
Garde le nom de Sénégal.
Passé sous le commandement du LV de Cambis est renvoyé par l’Amiral d’Estaing de Martinique à Brest pour porter des dépêches le 7 / 1 /1779.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.