Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Chorégraphie inspirée par les oubliés de Tromelin

Chorégraphie inspirée par les oubliés de Tromelin 15 Mai 2018 14:41 #44356

  • max
  • Portrait de max
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 454
Robin Lamothe vient de nous faire part de son projet chorégraphique dont on peut voir un court extrait en page d'accueil du site.
Voici un extrait du dossier artistique qui accompagne cette chorégraphie intitulée : Mémoire d'un oubli, un texte qui bien évidemment nous a beaucoup touché.

Projet Artistique
Le point de départ de ce Diptyque (un duo pour la saison 2018-2019 et une pièce pour 6 danseurs pour 2020) est la lecture du livre de Max Guerout : Tromelin, l’histoire d’une île, mêlant recherche historique et fouille archéologique.
Un groupe d’esclaves malgache fut abandonné sur une île microscopique durant 15 ans dans l’ignorance de tous. Venant de différentes régions de Madagascar et n’ayant pas les mêmes coutumes, ils ont dû apprendre à vivre ensemble, à créer une forme de communauté inédite qui ne serait spécifique qu’à cette île.
Je me suis inspiré de cette histoire pour tenter, moi aussi, de recréer une communauté dont les codes nous échappent, qui ne soit pas référencée dans notre univers commun. Que l’on soit vierge, nous spectateur, face aux spécificités assumées de cette nouvelle communauté.

Je m’attacherais ici à vous expliquer ce sur quoi je me suis appuyé concernant Mémoire d’un Oubli – Duo .

Ainsi j’ai voulu aborder la notion de Folklore sous le prisme de la danse de couple, véritable forme identitaire et communautaire.
Je suis donc parti avec les danseurs sur 5 partitions indépendantes les unes des autres :
- Une partition d’espace et de rythme rigoureuse et inéchangeable que j’ai défini sans avoir concerté les danseurs en amont.
- L’enjeu de ne jamais se regarder. Il convient de donner à voir un partenaire manquant, telles deux âmes qui ne se voient plus, qui se cherchent.
- Ce qui fait la spécificité d’une grande partie des Danses de Couples est l’espace physique et psychique que les danseurs font vivre entre eux. Un espace de tension et de force. Il convient pour les danseurs de constamment garder cet enjeu en tête.
- La partition des jambes sera le seul point commun auquel les danseurs peuvent se raccrocher. C’est en effet, à quelques détails près, la même partition mais inversée.
- L’enjeu des bras est de donner à voir des architectures de corps qui aussitôt construites sont démolies. Comme des dizaine d’histoires singulières qui ne commencent jamais vraiment et qui trouvent des résonances différentes chez chacun de nous.

La compagnie

Fondé en 2016, Collective/less est né d'un voyage. Dès lors, ce désir de créer un collectif sans collectif... Ancré dans une réalité contemporaine, comment un individu, à travers des rencontres, peut-il bâtir une communauté créative ? Une communauté qui fluctue suivant le projet.
Avant même l'envie de chorégraphier, il y a l'idée de s'entourer, de bâtir une Maison à idées.
La démarche originale de s’associer à un groupe de talents très varié fait écho au mouvement Bauhaus, qui voulait réunir toute les formes d'art et d'artisanat : design, architecture, costume, photo, art plastique. Le Bauhaus a attiré de nombreux artistes dans toutes l'Europe, dont Kandinsky, Paul Klee ou encore Marc Chagall.
Pour Robin Lamothe, une œuvre chorégraphique doit s’entourer d’un concept total, il n'est pas possible de créer une pièce dans sa seule nudité. Une pièce est une œuvre artistique qui va bien au-delà d'un propos, d'un geste. L'œuvre chorégraphique doit entièrement refléter son univers.

Avec Mémoire d’un Oubli – Duo création pour janvier 2019., Robin Lamothe présente une version courte par un duo qui fera suite à une pièce pour 6 danseurs en 2020.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.