Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Epave du Golo II

Epave du Golo II 10 Juil 2009 10:13 #908

  • Kilkenny
  • Portrait de Kilkenny
Il est question que l'IFREMER soit prochainement utilisé pour rechercher les boîtes noire du 447 en plein Pacifique, à plusieurs milliers de mètres de la surface. Je me rends bien compte que ces "appareils" ne sont pas sortis pour n'importe quelle brotille.

Quelle pourraît être la raison pour qu'il soit utilisé afin de visiter l'épave du Golo II ? A part le hasard !

Cordialement

Stéphane
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Epave du Golo II 04 Juil 2009 09:18 #902

  • Kilkenny
  • Portrait de Kilkenny
Bonjour Max,

Je vous remercie beaucoup de m'avoir répondu. Je suis un brin déçu par le fait qu'on ne retrouvera certainement jamais cette épave mais je vous rassure tout ira bien, je vais me remettre rapidement promis, lol.
Merci tout de même pour m'avoir expliqué quel était le rôle réel de ce navire et l'organisation de son trajet. Je vais tenter de lire Paul Chack.

Cordialement

Stéphane
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Epave du Golo II 27 Jui 2009 12:08 #899

  • max
  • Portrait de max
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 450
Merci de nous avoir contacté.
Le Golo II effectuait effectivement le même service que le Polynésien , un paquebot des Messagerie Maritime transformé en croiseur auxiliaire pendant la Première guerre mondiale et torpillé devant Malte le 10 août 1918. Départ de Marseille, passage à Bizerte pour embarquer les troupes serbes qui y étaient stationnées, escale à Malte pour y ravitailler puis route vers Corfou (dans le cas du Golo II) ou vers Salonique (dans le cas du Polynésien)
Ces activités étaient placées sous commandement anglais dont l'Etat-major se trouvait à Malte, un officier français assurait la liaison entre les marines anglaises et françaises.
Nous avons effectué une mission d'étude de l'épave du Polynésien qui est coulé par 60 mètres de fond en octobre 2007 avec le concours du chasseur de mines Verseau.
A la position où le Golo II a été torpillé la profondeur est de plus de 800m, il est donc pratiquement impossible d'intervenir sur l'épave, sauf à disposer de moyens d'intervention lourds comme le sous-marin Nautile de l'IFREMER.
Vous avez également dans cette même rubrique le cas du Burdigala.
De nombreuses bâtiments ont été coulés dans le Sud de l'Adriatique au cours de la Première guerre mondiale, en particulier le croiseur cuirassé Léon Gambetta, coulé dans le golfe d'Otrante en 1915. Pour en savoir plus sur cette période il faut lire les livres de Paul Chack.
Max G.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Epave du Golo II 27 Jui 2009 11:49 #898

  • max
  • Portrait de max
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 450
Le "Golo II", un croiseur auxiliaire de l'armée française a quitté le port de Toulon fin août 1917. Sa route , Bizerte, Malte, Corfou où il emmenait le courrier à l'armée d'Orient. Il quitte donc Malte le 21 août 1917 à 15:00 direction Corfou. Le lendemain, 22 août à 11:35 à 38°53' Nord de latitude, 19°20' Est de longitude, le navire coule en 3 minutes après avoir été torpillé par un sous-marin allemand ; l'"UC-22".
Une longue discussion sur un forum dédié à la marine en 14-18 http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/golo-ii-sujet_280_1.htma permis de récolter une quantité impressionnante d'informations, de textes et autres photographies. Nous avons récemment pu voir au journal télévisé la découverte d'une épave don j'ai oublié le nom mais qui avait été coulé lors de la première guerre mondiale. Recherchant de nouveau sur le Net j'ai lu l'article concernant l'invention de l'épave du "Polynésien" qui, apparemment, vous a procurée un grand intérêt.
J'aimerai donc savoir si vous eu l'occasion de trouver l'épave du "Golo II". Peut-être est-ce en projet. Voilà ! A tout hasard je me permet de vous poster ce mail afin de savoir si je pourrai un jour avoiir l'honneur de voir le bâteau sur lequel mon arrière-grand-père, quartier maître électricien, a fait naufrage (il fut un des survivants).
En vous remerciant pour votre aide.
Cordialement
Stéphane
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.