Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Les oubliés de Tromelin

Les oubliés de Tromelin 11 Mai 2007 00:15 #503

  • max
  • Portrait de max
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 450
Nous sommes heureux de vous compter parmi les inscrits sur notre forum, où vous êtes le centième !
Je vais essayer de répondre à vos questions.
Un historien malgache : Gabriel Rantoandro a accepté de travailler avec nous, sans pour autant se passioner pour cette histoire.
Nous pensons que les esclaves venaient des hauts-plateaux, ce sont donc des Hova. Ils ont été embarqué à Foulepointe.
Nous cherchons les descendants du petit garçon baptisé Jacques Moïse, non pas à la Réunion mais à Maurice. Nous n'avons jusqu'à présent pas abouti, bien que le nom de Moïse ou Moyse soit relativement fréquent.
Cordialement
Max Guérout
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Les oubliés de Tromelin 10 Mai 2007 07:20 #502

  • Christian Chadefaux
  • Portrait de Christian Chadefaux
Bonjour
Et merci de m'accueillir sur ce forum.
Journaliste pendant plus de 40 ans à Madagascar, où j'ai vécu 55 ans avant d'être expulsé l'an dernier, je me passionne pour "les esclaves oubliés" de Tromelin, "îlot épars" de l'Océan indien sur lequel j'avais déjà fait un reportage fin des années 60, début des années 70 pour "Le Courrier de Madagascar", ainsi que sur Europa, Juan de Nova et Les Glorieuses.
Voilà, c'était pour la présentation.
Je souhaitais savoir, mais auprès de qui ?, pourquoi les Malgaches n'ont pas été associés à cette mission ? Sait-on, par exemple, d'où venaient les esclaves ?, dans quel port "L'Utile" les aurait embarqués ? Et puis aussi, si quelqu'un, à La Réunion (où je réside depuis mon expulsion), chercher à savoir s'il y a eu des descendants des 8 femmes (et du bébé) recueillies sauves 15 ans plus tard sur Tromelin ?

Voilà, c'est tout, et déjà beaucoup ?, pour aujourd'hui.

Bien cordialement

Christian Chadefaux
06 92 41 72 51
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.