Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Réponses à la classe des Camélias de La Réunion

Réponses à la classe des Camélias de La Réunion 31 Oct 2006 02:20 #440

  • sebastien
  • Portrait de sebastien
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 79
Nous avons accédé à notre site Internet ce matin et nous avons vu la photo de toute la classe. C'est très agréable de pouvoir voir à qui nous nous adressons. Nous sommes très heureux d'avoir la possibilité de partager avec vous notre aventure. Nous allons essayer de répondre à vos questions.

Questions de Guillaume (champion de bavardage):
"Que font les météorologues en cas de gros cyclone sur Tromelin ? Les vagues ne risquent-t-elles pas d'inonder leur abri ?"
En cas de cyclone, les météorologues se tiennent à l'étage du bâtiment principal de la station. C'est un bâtiment en dur qui ne craint pas les vents violents. Il semble que dans certains cas l'île soit inondée, à la fois par la mer et par les eaux de pluie. La forme générale de l'île est une cuvette et, s'il tombe beaucoup d'eau, il est probable qu'elle s'y accumule. Un document rédigé par les naufragés de l'Utile signale la présence d'une épave au milieu de l'île, ce qui semble bien montrer qu'en cas de cyclone la mer envahi une partie de l'île.

"Une livre, cela fait combien de kilogrammes ?"
La livre actuelle vaut 0,5 kg, mais avant la Révolution elle avait des valeurs variables entre les différentes villes ou provinces, et cela même en fonction des produits qui devaient être pesés. Pour ce qui nous concerne, la livre utilisée par la Compagnie vaut 0, 489 kg.

"Quelles sont les choses qui vous manquent le plus sur Tromelin en ce moment ?"
Nous ne manquons de rien, sauf de la présence de nos proches. Nous sommes un peu loin du monde, mais cela fait du bien de ne pas être accroché à l'actualité. Nous avons la possibilité de regarder la télévision, mais presque personne ne la regarde. Il faut dire que le soir, après avoir bataillé contre la houle ou creusé des trous toute la journée, beaucoup préfèrent aller se coucher rapidement.

Question de Marie-Laure:
"Comment avez-vous appris pour la première fois, cette histoire de l'Utile et des esclaves oubliés ?"
C'est un message sur Internet envoyé en octobre 2003 par Joël Mouret, un météorologue, qui nous a appris l'histoire de l'Utile alors que nous étions à Valparaiso au Chili (voir le journal de cette mission sur notre site Internet). Il se trouve qu'à la même époque, le directeur général de l'UNESCO nous avait demandé de lui proposer un projet concernant l'esclavage dans l'Océan Indien. Cette histoire répondait parfaitement à la demande et nous avons entrepris de monter ce projet et ces recherches à Tromelin. Le sort des malgaches abandonnés sur l'île nous paraissait illustrer parfaitement la dramatique histoire de l'esclavage.

Question de Robin (champion de surf) :
"Pourquoi faire ces recherches en cette saison, alors que l'Alizé et la houle sont encore fortes et vous gênent beaucoup dans vos plongées ?"
En fait, nous sommes coincés entre deux contraintes météorologiques : la période des alizés et la période des cyclones, entre les deux, ce qui correspond à octobre /novembre, il y a normalement une période de calme relatif des alizés. Cela n'a pas été trop le cas cette année malheureusement et de nombreuses difficultés sont survenues pour travailler sur le site de l'Utile. Mais, nos plongeurs qui y travaillent sont des professionnels et ils sont quand même parvenus à accomplir leur mission.

J'espère que vous êtes allés voir sur le site Internet le Document n°2, consacré aux tortues. Il est très bien illustré et ce qui est remarquable, c’est que toutes les photos ont été prises pendant notre séjour.

Toute l'équipe vous envoie son salut amical.

Max
La ligne droite n'est pas forcément le trajet le plus direct
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.