Visites impromptues.

Visites impromptues.

 

Côte sud, veloutiers.
Crédit photo : Max GUEROUT

 
 
  Côte sud
Crédit photo : Max GUEROUT
Hier, deux oiseaux de passage sont venus sur l’île : un gros oiseau de couleur jaune vert, qui se nourrit des papillons qui vivent autour des veloutiers, il ne s’agit probablement pas d’un oiseau de mer ; une hirondelle aussi a volé toute la soirée autour des bâtiments de la station et de notre tente.

Les oiseaux habituels : fous masqués, fous à pieds rouges, frégates, courlis et huîtriers sont les seuls que nous voyons évoluer à longueur de journée.
Les fous volent vers le large pour pêcher la pitance que les petits attendent, ils reviennent généralement en groupe, formant le V si caractéristique des oiseaux migrateurs.

Les frégates, qui tournent à longueur de journée tels des cerfs-volants, sans bouger une aile, se contentent d’attaquer les fous revenant de la pêche pour leur faire dégurgiter le poisson qu’ils ont pêché, et s’en emparer. Une vingtaine d’entre elles évoluent au dessus de l’île donnant l’impression de ne jamais poser le pied à terre.

 
Etude des fondations du batîment météo détruit.
Crédit photo : Laurent HOARAU
 

Le travail de nettoyage et de décapage se poursuit sur le site, fastidieux et pénible sous le soleil et dans la poussière. Nous avons aussi vérifié que les fondations de l’ancien bâtiment détruit de la station météo, qui se trouve au milieu des fouilles, sont bien descendues jusqu’au sol archéologique. Nous avions un petit espoir que la dalle de béton du plancher soit restée au-dessus, mais cet espoir a été contrarié. Il ne faut donc pas compter trouver de vestiges archéologiques dans l’emprise de ce bâtiment, mais il est probable que certains objets, voire des restes humains peuvent être trouvés aux alentours, dans la couche de déblais qui provient des fondations.

Nous avons réussi à retrouver toutes les caractéristiques d’une bouteille en verre soufflé, trouvée à proximité des ossements. Le puzzle d’une quinzaine de morceaux a été reconstitué avec de la patience et un rouleau de scotch.