Un troisième bâtiment et un nouveau corps

There are no translations available.

Un troisième bâtiment et un nouveau corps

Dernier point de la zone qui nous pose encore problème, le sommet de la butte de sable qui domine la « cuisine »…

C’est de cette zone, dominée par les vestiges d’un bâtiment moderne, que doivent provenir les restes humains trouvés la semaine dernière.

En effet, après avoir reporté sur un plan le lieu de découvertes des ossements, nous avons constaté qu’ils déterminaient deux axes convergeant en un point situé à cet endroit, un peu comme si un ou deux terrassiers avaient déblayé le terrain et dispersé les ossements depuis là-haut.

 

Vue d'ensemble du second bâtiment
Crédit photo : Max GUEROUT

 

Dans la matinée, alors que le plan d’ensemble est complété, le reste de l’équipe s’attelle au défrichement de la zone.
Le travail est difficile, car elle est encombrée de gravats et elle est dominée par les troncs de trois veloutiers dont les racines sillonnent le sous sol.
Au milieu des débris, un bracelet en cuivre, semblable aux bracelets de manille qui servaient de monnaie d’échange sur la côte d’Afrique, à l’époque de la traite. Son diamètre est cependant plus modeste.
 

 
Le bracelet en cuivre
Crédit photo : Jean-François REBEYROTTE
 

En fin de matinée, le bord d’un mur intérieur apparaît enfin, nous donnant l’espoir de pouvoir accéder à un troisième bâtiment ou au moins à une partie d’un bâtiment épargné par la construction moderne toute proche.

Après la sieste, le travail reprend avec ardeur et il se dessine très rapidement une zone que nous identifions comme l’intérieur d’un nouveau bâtiment, seule une partie reste accessible car les fondations du bâtiment moderne recouvrent le reste. La partie restante mesure environ 1,5 x 3 mètres.

Le décapage de la zone est aussitôt entrepris, pendant qu’une autre équipe entreprend le décapage du second bâtiment, découvert en début de semaine.

Surprise : le sommet d’un crâne apparaît très rapidement, confirmant notre hypothèse et provoquant l’agitation de toute l’équipe.

D’autres ossements, appartenant probablement au même corps, apparaissent bientôt, confirmant, là aussi, que les restes ont été perturbés par les travaux d’aménagement de la station météo.

Nous avons encore du mal à comprendre la présence de restes humains aussi près des lieux d’habitation, ce qui semble contraire aux pratiques malgaches, mais aussi à savoir où exactement se situaient les sépultures et ce qui leur est advenu.