De nouveaux ossements !

De nouveaux ossements !

Dimanche...

La température a augmenté d'un degré et la pluie a rendu l'atmosphère très humide.

L'hygrométrie ambiante a découragé quelques pongistes aussi, certains ont travaillé.

Thomas Romon et Nick Marriner ont entrepris une coupe topographique de l'île et, Jean-François Rebeyrotte ainsi que Laurent Hoarau ont, de leur côté, terminé la photographie des objets trouvés pendant la semaine et alimenté la base de données.

 

En soirée, la santé de l'un des ingénieurs météo donne des signes alarmants. Le chef de station contacte le Samu qui décide une évacuation sanitaire. Le temps reste pluvieux toute la nuit.

Lundi matin, on nous annonce l'arrivée d'un Transal pour 11 h 30.

  3_nov_arrivee_du_transal_jfr
 

 Arrivée du Transall

Crédit Photo : Jean François Rebeyrotte

A l'heure dite, le Transall sort des nuages, volant avec une forte dérive et se pose sans encombre sur la piste.

Un infirmier militaire prend en charge l'ingénieur malade, un technicien vient vérifier les liaisons de la météo, puis repart aussitôt. Nous avons le temps de lui confier un CD rom avec l'ensemble des photos prises depuis le début de la mission à destination de Sébastien, car notre liaison habituelle est toujours en panne.

 
3_nov_grosse_fatigue_laurent_hoarau_et_joe_guesnon_jfr
 

Grosse fatigue de Laurent Hoarau et de Joe Guesnon

Crédit Photo : Jean François Rebeyrotte

 

La fouille d'un nouveau carré a été entreprise à l'Est du carré précédent, nous sommes très curieux de ce que nous allons pouvoir y trouver, car une tête de tibia apparait dans la couche où plusieurs ossements humains ont déjà été trouvés.

 Le nouveau carré est encombré de blocs de corail et de plaques de "beach rock" dont nous avons peine à comprendre la logique.

Enfin, apparait, sur une longueur de deux mètres, le sommet d'un mur. La surprise survient lorsqu'en déblayant la base de ce dernier, nous trouvons, dans le plus grand désordre, un ensemble d'ossements humains.

Sous une pierre plate, un crâne, une mandibule, des vertèbres, des côtes, une tête de tibia qui appartient au même individu que les ossements précédents.
 
Mais, le lieu de la découverte qui semble être une couche de déblais, et le fait que plusieurs vertèbres semblent encore en connexion, posent plus de questions qu'ils n'en résolvent, d'autant qu'à côté des vestiges humains se trouvent des plaques de cuivre travaillées comme nous en avons déjà trouvées dans la couche archéologique correspondant à l'habitat des esclaves.