Première plongée avec caméra

There are no translations available.

- Première plongée avec caméra -

 Mesures de l'ancre au large
 Crédit photo : Max Guérout

Profitant d’une marée dont le coefficient augmente, nous allons tôt ce matin prendre des photos des ancres et des canons qui se trouvent près de la plage. Ils ont été mesurés hier dans des conditions particulièrement acrobatiques

Puis, nous profitons du beau temps pour mettre l’embarcation pneumatique à l’eau. La mer étant beaucoup plus praticable, la manœuvre se passe en douceur.

Il est toujours à craindre, dans ce genre d’opération, une mauvaise synchronisation et l’arrivée d’un train de vagues qui déferle quand l’embarcation se trouve dans la zone critique. L’histoire des débarquements à Tromelin est remplie de chavirages et de situations critiques.

Le but de l’opération est d’aller prendre les mesures de l’ancre du large et, pour la première fois, de filmer avec notre caisson sous-marin que nous avons jusqu’à présent épargné des dures mises à l’eau depuis la plage sur le site de l’Utile.

 Les canons tout près de la plage
 Crédit photo : Max Guérout
Après avoir filmé l’ancre, l’embarcation va par la mer sur le site de l’Utile et filme l’épave pour la première fois.

Pendant ce temps, l’enregistrement et la photographie des objets se poursuivent, l’ensemble des informations est ensuite introduit dans une base de données.

Sur le site terrestre, Thomas Romon et Sudel Fuma ont entrepris de décaper une à une les trois couches de sol. Aujourd’hui les trouvailles sont plus modestes : toujours de nombreux clous de charpente, indiquant l’utilisation de bois provenant de l’épave pour entretenir le feu, une balle de fusil en plomb, une pièce de cuivre ayant servi à la réparation d’un récipient et deux coquillages percés. Ces derniers pourraient être les éléments d’un collier mais leur nombre est trop restreint pour confirmer cette hypothèse.

 Remontée de l'embarcation pneumatique
 Crédit photo : Max Guérout
En début d’après midi, nous tentons une plongée du côté Est de l’île, à un endroit où des pierres de lest d’origine volcanique ont été observées par Pascal Cohu, l’un des météo de la station. L’opération doit finalement être annulée, l’un des deux plongeurs n’ayant pas passé les déferlantes et ayant perdu une palme dans l’opération.

La côte Est est exposée directement à l’alizé et la mer, toujours agitée, rend particulièrement difficiles les plongées en bouteilles.

En fin d’après midi, nous récupérons l’embarcation pneumatique qui est restée amarrée pendant la journée sur une bouée que nous avons mouillée au large de la plage.