Extrait communiqué septembre 2006

Soixante esclaves abandonnés pendant 15 ans sur un îlot désert de l’Océan Indien


Le Groupe de Recherche en Archéologie Navale va mener une campagne de fouilles archéologiques, sous marine et terrestre, sur l’île de Tromelin (France).
Lancement de l’opération « L’Utile … 1761 : Esclaves oubliés ».

Partie de Bayonne le 17 novembre 1760, l’Utile, une flûte de la Compagnie Française des Indes Orientales, s’échoue le 31 juillet 1761 sur l’île de Sable (aujourd’hui île de Tromelin), un îlot désert de 1 km². Elle transporte des esclaves malgaches achetés en fraude, destinés à être vendus sur l’île de France (l’île Maurice actuelle).

L’équipage regagne Madagascar sur une embarcation de fortune, laissant alors soixante esclaves sur l’île avec trois mois de vivres et promettant de venir bientôt les rechercher.

Cette promesse ne fut jamais tenue et ce n’est que quinze ans plus tard, le 29 novembre 1776, que le chevalier de Tromelin, commandant la corvette La Dauphine, sauva les huit esclaves survivants : sept femmes et un bébé de huit mois.

Une aventure scientifique et humaine :

Située à 470 kilomètres à l’Est de Madagascar et à 560 kilomètres au Nord de La Réunion, cet îlot corallien dépourvu d’eau et de ressources naturelles abrite néanmoins depuis 1954 un station météorologique.

Ile de Tromelin

L’opération archéologique sous-marine et terrestre dirigée par le Groupe de Recherche en Archéologie Navale (GRAN) vise à faire toute la lumière sur les circonstances du naufrage de l’Utile et sur les conditions extraordinaires de survie des esclaves oubliés sur l’îlot désertique de Tromelin.
Depuis de nombreuses années, en coopération avec l’UNESCO, l’un des axes de recherche du GRAN est l’étude de la traite négrière par le biais de l’étude des navires négriers.
C’est dans ce cadre que le GRAN annonce le lancement de l’opération « L’Utile … 1761 : Esclaves oubliés ».

 Accès à la totalité du communiqué de presse