Premières difficultés, première surprise


Le carnet de la mission 2010 [ordre chronologique]

Thumbnail image  Thumbnail image  Thumbnail image

La nuit a été fraîche, les grains ont succédé aux grains et les joyeux campeurs ont pu tester l’étanchéité de leurs tentes.

A peine levé, le soleil déploie un magnifique arc-en-ciel plaqué sur la dernière ondée qui s’éloigne vers le nord.

Premier « briefing » à 07h30, puis l’équipe se dirige vers le site archéologique.

Deux tâches nous attendent :
- ouvrir un nouveau champs opératoire de 4m x 4m, au nord du bâtiment météo en ruine,
- dégager l’intérieur de l’une des pièces de ce bâtiment pour aller voir sous le plancher si la couche archéologique est encore présente.
C’est en effet de cette zone que peuvent provenir les deux squelettes découverts en 2008.

Le tracteur évacue le sédiment pour le mettre à l’écart mais, après une heure de travail, un tuyau hydraulique cède et il nous faut l’arrêter. La photo de la durite incriminée est envoyée aux TAAF...
Comment et quand cette avarie pourra-t-elle être réparée ? C’est pour l’instant un point qui reste en suspend !

Une brouette, achetée la veille du départ, trouve aussitôt toute son utilité. Le dégagement du bâtiment est sportif ! Le toit en ciment armé est effondré à l’intérieur, il faut alors donner de la barre à mine et de la cisaille pour progresser.
Première surprise! Sous les débris du toit, nous trouvons un treuil qui servait naguère à hisser sur la plage les colis livrés par bateau.

Hier soir, Sylvain Savoia, qui travaille devant sa planche à dessin à la bande dessinée sur l’histoire des esclaves oubliés de Tromelin, nous a envoyé un message amical et un dessin, poursuivant la tradition de 2008 lorsque, intégré à l’équipe, il dessinait pour nous, chaque matin, un dessin résumant les aventures de la veille.